11 Octobre 2018

Tunisie: Vote d'une loi antiraciste - Béji Caïd Essebsi attendu sur le terrain de l'application

Photo: Le Pays
Parlement tunisien

Le pays d'Habib Bourguiba a adopté, le 9 octobre dernier, une loi antiraciste qui prévoit des peines de six mois de prison et des amendes allant de 500 à 1 000 dinars tunisiens à l'encontre des auteurs d'actes et de propos racistes. Cette loi qui a été adoptée par l'écrasante majorité des élus du peuple tunisien, est à saluer à sa juste valeur. Car, on le sait, en dépit de sa grande ouverture au monde, la Tunisie présente sur son visage ce chancre odieux qu'est le racisme.

Sans lui jeter trop de fleurs, on peut dire que le président Béji Caïd Essebsi, en prenant une telle décision dans un pays où le racisme a pignon sur rue, a fait preuve d'audace. Du reste, on n'exagérerait pas en affirmant qu'il marche sur les pas d'Habib Bourguiba, le père de la Nation qui s'était illustré par la prise de décisions audacieuses et progressistes portant notamment sur les femmes.

Le président Essebsi a d'autant vu juste en faisant voter cette loi, qu'elle pourrait redorer davantage l'image de son pays dans le concert des nations. Car, en Tunisie comme dans la plupart des pays du Maghreb, bien des jeunes Africains au sud du Sahara vivent un enfer, du fait du racisme. Dieu seul sait le calvaire que ces jeunes du continent noir ont vécu dans leur chair et dans leur âme.

Ceux qui sont victimes de jets de pierres doivent se considérer plus chanceux. Car, d'autres ont été passés à tabac, sans autre forme de procès. Certains jeunes au sud du Sahara continuent de subir les lazzis et quolibets des Tunisiens s'ils ne vivent pas pire. Et leur seul crime, c'est d'avoir la peau noire. Il est temps de mettre fin à cette marginalisation des Africains par des Africains.

Il urge de bannir tous les comportements tendant à dévaloriser la peau noire

Cela est d'autant plus nécessaire qu'il y va de la qualité du vivre-ensemble. Certes, on ne peut, d'un coup de baquette magique, mettre un terme au phénomène du racisme car, comme on le dit, l'habitude est une seconde nature. Autrement dit, il est difficile d'abandonner du jour au lendemain des pratiques qui datent de Mathusalem. Mais il est impérieux d'y travailler.

Le peuple tunisien, notamment sa frange jeune, doit être sensibilisé. C'est une nécessité absolue car, les jeunes ne doivent pas reproduire les mêmes erreurs que leurs ascendants. La Tunisie ne saurait avoir de relations humaines solides avec le reste du monde et plus particulièrement avec les pays africains au sud du Sahara, si ces pratiques dégradantes perdurent. Et le président Essebsi semble l'avoir compris en adoptant cette loi criminalisant le racisme.

En le faisant, il marque un grand coup, puisque son pays est désormais le premier dans le monde arabe, à adopter une telle loi. Toutefois, le pouvoir Essebsi doit veiller au grain. Car, une chose est de voter une loi et une autre est d'œuvrer à son application. Et en la matière, l'on ne peut jurer la main sur le cœur que la loi votée sera appliquée à la lettre. L'on attend de voir.

En tous les cas, Essebsi est attendu au pied du mur, c'est-à-dire sur le terrain de l'application. Et tout le mal que l'on puisse lui souhaiter, c'est de réussir à faire retourner les djinns du racisme dans leur bouteille. Il faut souhaiter que les autres pays arabes, notamment l'Algérie et la Libye où les Noirs Africains sont traités comme des esclaves voire des animaux, emboîtent le pas à la Tunisie. Il faut le dire, ces pays ont aussi besoin de soigner leur image dans leurs relations avec les Africains Noirs de passage ou établis sur leur sol.

Toutefois, il convient de souligner que ce racisme n'est pas étranger à la colonisation. Le fait que la peau du colon soit blanche, a, quelque peu, contribué à créer un mythe dans l'imaginaire de nombreux Africains de l'époque : le mythe de la peau blanche. Mais hélas, ce mythe est entretenu jusqu'aujourd'hui car même les femmes à la peau claire sont plus prisées par certains Africains. Et quid de ceux et celles qui n'hésitent pas à se dépigmenter ! Tous ces actes ne font que renforcer les racistes dans leur complexe de supériorité. Il urge donc de bannir la dépigmentation et tous les comportements tendant à dévaloriser la peau noire.

En savoir plus

Le Parlement criminalise le racisme

En Tunisie, des membres de la communauté subsaharienne sont régulièrement pris pour cible, comme… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.