12 Octobre 2018

Sénégal: Ces barriéres qui empêchent la fille d'entrer dans le monde du travail sur un pied d'égalité

La journée internationale de la fille a été célébrée hier, jeudi 11 octobre 2018. Occasion pour António Guterres, le Secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU) d'appeler à nous engager «de nouveau à aider chaque fille à développer ses compétences, à entrer dans le monde du travail sur un pied d'égalité et à exploiter tout son potentiel». Il s'agit, «avec elle» d'«encourager l'instruction et la qualification professionnelle des filles.»

En effet, à travers un message, António Guterres souligne qu'«aujourd'hui, 600 millions d'adolescentes s'apprêtent à entrer dans un monde du travail transformé par l'innovation et l'automatisation. Jamais elles n'ont été aussi nombreuses; elles constituent une source abondante d'idées et de solutions dont peuvent bénéficier toutes les filières.

Toutefois, bien trop souvent, les filles n'ont pas le loisir ou la possibilité de libérer tout leur potentiel. La discrimination systématique, les préjugés et l'absence de formation sont autant de barrières qui se dressent devant elles».

Suffisant pour qu'il invite à faire bloc pour vaincre les obstacles. «Nous devons agir ensemble pour vaincre les obstacles qui font que, à l'échelle mondiale, les femmes représentent moins de 30 % des diplômés des filières informatique et communication et occupent moins de 30% des emplois dans le domaine de la recherche-développement, par exemple.

Les stéréotypes sexistes qui pèsent sur l'éducation des filles dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques prennent racine dès l'école primaire et ont pour effet dévastateur de faire douter les filles de leur potentiel.»

Et de relever que «bien que le nombre de filles scolarisées soit plus élevé que jamais, nombre d'entre elles n'acquièrent toujours pas les compétences dont elles ont besoin pour réussir dans la vie. De plus, on estime que dans cinq ans, plus d'un tiers des aptitudes professionnelles jugées importantes aujourd'hui seront supplantées par d'autres.»

C'est pourquoi «nous devons faire en sorte que les filles disposent de compétences polyvalentes et durables, telles que l'esprit critique, la créativité et la maîtrise du numérique.

Il est également essentiel qu'elles aient pour modèles des figures exemplaires, en particulier dans les domaines où les femmes sont peu représentées, notamment dans les sciences.»

D'ailleurs, «soucieux de donner aux jeunes les moyens d'agir, j'ai récemment lancé la stratégie Jeunesse 2030, qui nous permettra de travailler avec les jeunes, de cerner leurs besoins et de donner vie à leurs idées.

En cette Journée internationale de la fille, engageons-nous de nouveau à aider chaque fille à développer ses compétences, à entrer dans le monde du travail sur un pied d'égalité et à exploiter tout son potentiel», conclut la source. Depuis 2012, la Journée internationale de la fille est célébrée chaque année le 11 octobre.

Cette Journée vise à mettre en lumière les besoins des filles et à répondre aux défis auxquels elles font face. Cette Journée promeut également l'autonomisation des filles et l'exercice de leurs droits fondamentaux.

Sénégal

Human Rights Watch dénonce les violences sexuelles dans les collèges

Dans un rapport publié le 18 octobre, à Dakar, l'ONG américaine a indexé des abus dont les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.