Cote d'Ivoire: Elections - Tension autour des résultats

Forces de lordre ivoiriennes lors devenement a Abidjan
15 Octobre 2018

La tension est montée dimanche (14.10) à Abidjan où les premiers résultats des élections municipales et régionales ont commencé à tomber. Un lourd climat de suspicion règne concernant des fraudes.

Les élections ont encore fait des morts dont un à Lakota dans le centre ouest et un autre dans la grande commune d'Abobo, une banlieue dans le nord d'Abidjan. A ces victimes il faut ajouter les nombreux dégâts matériels électoraux dans plusieurs autres localités du pays. Tous ces incidents trouvent leurs origines dans l'organisation du scrutin explique Ibrahim Cissé Bakongo, candidat à Koumassi une commune dans le sud d'Abidjan.

"Les consignes semblent-ils n'ont pas été passés comme il se devait. Qu'on pouvait voter sans sticker sur les bulletins de vote. C'est ce problème-là qui fait que, il y'a un peu de nervosité."

Pour Eyimou Sylvestre, candidat dans un autre quartier d'Abidjan, ces violences et ces irrégularités étaient prévisibles. "Les irrégularités ont commencé depuis même l'enrôlement ici à Port Bouét. Ce que nous avons déploré aussi, c'était pendant la campagne électorale. Où on nous empêchait de faire des meetings avec des loubards déjà armés d'armes blanches. Six de nos gars ont même été poignardés," nous raconte la candidate.

Les défaillances lors du vote

Ouverture tardive de certains bureaux de vote, manque de logistique ou absence des membres de la commission électorale indépendante dans plusieurs centres de vote. Mais ce qui a fait monter la tension chez certains électeurs, c'est bien l'absence de leurs noms sur les listes électorales et le manque de sticker sur les bulletins de vote.

"On ne peut pas voter sans sticker. Parce que quand tu vas voter sans sticker c'est du vol", se désole Natacha Yao, électeur à Port-Bouét.

"Le monsieur a pris ma carte d'électeur pour aller mettre (A voté) dessus pourtant je n'ai pas voté", nous rapporte Victor Kouakou électeur à Koumassi.

Un climat de Suspicion

Après les premiers résultats proclamés par la commission Electorale Indépendante (CEI), à la télévision nationale, le parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) a dénoncé une fraude organisée contre ses candidats dans plusieurs localités.

Des militants de ce parti ont été violemment réprimés dans un quartier d'Abidjan dimanche. Joins par la Deutsche Welle, le front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo a confié que le scénario qui se met en place dans ce scrutin de samedi ressemble à ce qui s'est passé en 2010.

A deux ans de la présidentielle, ces élections locales et régionales de samedi se présentent comme un test pour les différentes formations politiques.

Pour les premiers résultats proclamés par la commission électorale indépendante, c'est la coalition au pouvoir (le RHDP) qui vient en tête avec 62 élus. Les indépendants ont fait une belle percée dans cette élection. Parmi eux, l'ancien international ivoirien Bonaventure Kalou élu maire de la ville de Vavoua dans le centre-ouest de la Côte d'Ivoire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.