12 Octobre 2018

Congo-Kinshasa: Une nécessité de sécurisation avant les élections

A moins de deux mois des élections du 23 décembre en République démocratique du Congo, plusieurs points de désaccords subsistent. La Monusco s'inquiète de certaines restrictions de la part du gouvernement.

Sept leaders de l'opposition annoncent la tenue d'un grand meeting à Lubumbashi samedi (13 octobre). Jeudi déjà, l'opposition congolaise a appelé à des "marches de protestation" le 26 octobre. Elle demande une "concertation" sur "la légalité de la machine à voter et la radiation de près de dix millions d'électeurs sans empreintes du fichier électoral".

De son côté Leila Zerrougui, la représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU, a présenté jeudi par visio-conférence au Conseil de sécurité la situation sur place.

Même si elle note des signes encourageants, elle a insisté sur la sécurisation du pays alors que les autorités de Kinshasa ont pris des mesures de restriction concernant l'acquisition de matériels par certains contingents de la Monusco.

Une délégation du Conseil de sécurité des Nations unies en visite récemment à Kinshasa a "appelé par le dialogue à trouver les voies d'un consensus le plus large possible permettant de créer les conditions d'élections réellement crédibles et transparentes, se déroulant dans un climat apaisé".

Cliquez sur la photo ci-dessus pour écouter l'analyse de Danny Ayida, expert en gouvernance démocratique et représentant du NDI (National Democratic Institute) en RDC.

Congo-Kinshasa

Les étudiants attendent toujours des réponses à leurs revendications

Le délai de 48 heures laissé par les étudiants de RDC au gouvernement prend fin ce mercredi. Depuis… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.