Centrafrique: Les enfants premières victimes de la malnutrition

Photo: FAO/Tamiru Legesse
A Kalu, en Éthiopie, des membres de groupe de maraîchers de Selam. L'horticulture aide les jeunes tentés par la migration à créer leurs emplois.

Alors que ce 16 octobre correspond à la Journée mondiale de l'Alimentation, en Centrafrique, deux habitants sur cinq sont en situation d'insécurité alimentaire. Les premiers touchés sont les enfants. L'Unicef compte pour cette année 110 000 enfants de 0 à 5 ans souffrant de malnutrition aigüe.

Sur un petit banc à l'unité nutritionnelle de l'hôpital pédiatrique de Bangui, en Centrafrique, Barbara attend, un jeune enfant au sein, un autre décharné, le regard vide assis à côté d'elle. Sa fille Charline est malade depuis trois mois. Elle a perdu beaucoup de poids et ne guérit pas.

« Au village, il n'y a pas de traitement, raconte Barbara. C'est pour ça que je suis venue au centre de santé. Hier, j'ai vendu un pagne pour 3000 francs CFA [4,50 euros] juste pour pouvoir payer le transport pour venir ici à Bangui. Je m'inquiète pour ma fille. Depuis trois mois, elle ne guérit pas. Ma dernière solution, c'était de venir à l'hôpital ».

Période de soudure

Charline devra être hospitalisée plusieurs semaines et devra sans doute partager son lit avec un autre enfant car le service ne désemplit pas. On comptait encore huit nouvelles admissions, aujourd'hui. « Nous avons une capacité d'accueil de 58 lits, explique le docteur Jean-Pierre Mouimana, responsable de l'unité nutritionnelle thérapeutique. Mais le nombre d'enfant dépasse largement le nombre de lits disponibles. Donc nous sommes à peu près entre 120 et 150% de capacité d'accueil. Souvent, on a deux enfants par lit, on fait avec ».

Les causes de la malnutrition en Centrafrique sont multiples : insécurité alimentaire, maladies qui favorisent l'installation de la malnutrition, mauvaises pratiques nutritionnelles. La période de soudure, c'est-à-dire la période qui sépare la fin de la consommation de la récolte de l'année précédente et l'épuisement des réserves des greniers de la récolte suivante, vient aussi aggraver la situation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.