Mali: Un «pacte pour la paix» pour accélérer l'application de l'accord d'Alger

Ce pacte avait été souhaité par le Conseil de sécurité dans la dernière résolution de juin 2018.

Ce pacte d'à peine deux pages, négocié encore toute la journée, est paraphé par le gouvernement malien et les Nations unies. Une troisième page associe les ex-indépendantistes de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) et les pro-gouvernementaux de la Plateforme. Fait nouveau, le paragraphe 7 du texte rend par ailleurs les décisions de la médiation internationale obligatoires.

Combat contre le crime

Selon le point 9, le Conseil de sécurité de l'ONU prendra les actions nécessaires pour supprimer les entraves à la mise en oeuvre de cet accord de paix « en particulier celle en lien avec l'article 29 ». Cet article 29 consacre l'engagement des signataires de l'accord à combattre le terrorisme, le crime organisé et le trafic de drogue.

En août, le Conseil de sécurité a justement prolongé le régime de sanctions après la sortie d'un rapport accablant des responsables de groupes armés accusés d'être impliqués dans des attaques terroristes ou dans du trafic de drogue ou de migrants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.