15 Octobre 2018

Burkina Faso: Octobre rose - Mobilisation contre le cancer du sein

Dans plusieurs pays du monde entier, le mois d'octobre est consacré à la sensibilisation au cancer du sein. L'objectif est d'attirer une plus grande attention sur la maladie, de favoriser la prise de conscience et surtout inciter au dépistage précoce et au traitement.

Le cancer du sein est une prolifération anormale des cellules de la glande mammaire. Il y a chaque année près de 1,38 million de nouveaux cas de cancer du sein et 458 000 décès, a révélé l'IARC Globocan dans son rapport 2008.

Le cancer constitue un problème majeur de santé publique au Burkina Faso, 3e rang de mortalité après les pathologies infectieuses et cardiovasculaires enregistrées dans les hôpitaux.

Selon les statistiques du ministère de la Santé, en 2009, 1778 femmes ont été consultées dans les districts sanitaires pour des cas de tumeur du sein. 86 patientes ont été hospitalisées dont 12 cas de décès dans les hôpitaux.

En 2010, les mêmes sources donnaient 3879 consultations, 107 cas dont un décès. Les indicateurs ont connu une hausse en 2012 donnant 4411 consultations dans les districts et 384 cas suspects dans les centres hospitaliers et les centres hospitaliers universitaires ou régionaux.

Le cancer du sein est de loin le premier cancer chez la femme à la fois dans les pays développés et dans les pays en développement. L'incidence du cancer du sein progresse régulièrement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire du fait d'une plus longue espérance de vie, de l'augmentation de l'urbanisation.

La majorité des décès a lieu dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où la plupart des femmes atteintes d'un cancer du sein sont diagnostiquées très tardivement, du fait essentiellement de l'absence d'informations sur le dépistage précoce et de l'accès insuffisant aux services de santé.

Pourtant lorsque le cancer du sein est dépisté à un stade précoce, et si un diagnostic et un traitement appropriés sont disponibles, il y a de fortes chances qu'il puisse être soigné. À l'inverse, s'il est dépisté tardivement, il est fréquent que le traitement curatif ne soit plus possible.

Dans de tels cas, les soins palliatifs, qui permettront de soulager la souffrance des patients et de leurs familles, sont nécessaires. Selon l'oncologue médical, Dr Aboubacar Bambara, praticien hospitalier, le cancer du sein est une maladie complexe qui n'a pas de cause unique.

Une combinaison de facteurs héréditaires et environnementaux doit être réunie pour qu'un cancer du sein se manifeste. Ces facteurs héréditaires font partie de l'héritage génétique que chaque individu a reçu de ses parents.

L'avantage de la grossesse

En plus de ces facteurs, l'on cite les antécédents familiaux au 1er ou au 2e degré (mère, sœur, fille). Par exemple, a-t-il étayé, si un parent a déjà fait un cancer du sein, le risque pour les autres membres de la famille de faire un cancer est très élevé.

« Si un de vos parents atteints de cancer du sein vous transmet le gène, vous courez un risque plus élevé de faire le cancer qu'une autre personne », a soutenu l'oncologue.

Quant aux facteurs environnementaux, ils sont de multiples ordres.

Il y a le mode de vie, l'exposition aux radiations, aux substances chimiques qui vont modifier l'ADN et rendre les cellules anormales.

Par ailleurs, suivant plusieurs études françaises, il ressort que les femmes qui n'ont pas eu d'enfants, ou qui ont eu leur première grossesse tardivement (après 30 ans) ont un risque sensiblement élevé de développer un cancer du sein, par rapport à celles ayant eu au moins un enfant avant 30 ans.

La grossesse protège le sein par la modification des cellules mammaires dans le sens d'une plus grande différenciation.

Les cellules différenciées sont moins sensibles aux carcinogènes en particulier hormonaux. Donc, la grossesse agit comme un vaccin vis-à-vis des œstrogènes. Plus cette première grossesse survient tôt, mieux elle agit.

La ménopause tardive, le surpoids, une mauvaise alimentation (riche en graisse, pauvre en légumes), le manque d'activités physiques, la consommation de tabac ou d'alcool, sont autant d'éléments qui favorisent le cancer du sein.

Pour ce qui est de la manifestation de la maladie, Dr Bambara explique qu'un cancer au stade précoce ne provoque généralement aucune douleur et aucun changement typique du sein.

« Bien qu'un changement au niveau du sein ne soit pas automatiquement un cancer du sein, toute femme qui constate un changement doit impérativement voir un agent de santé », a prévenu le médecin spécialiste.

A propos des symptômes, il ressort qu'il s'agit d'une boule ou nodule au sein, qu'elle soit fixe ou mobile, douloureux ou non. Ce symptôme est le plus fréquent chez les femmes et les hommes. Il faut préciser que moins de 1% des cas de cancer du sein touchent des hommes et ceux-ci ont en général plus de 60 ans.

En plus, il y a les écoulements spontanés provenant du mamelon, une rétraction du mamelon, un changement d'apparence de la peau d'un sein à savoir un épaississement ou durcissement, rougeur inhabituelle de la peau autour du mamelon.

C'est pourquoi, il est conseillé aux femmes de se faire dépister de façon précoce. Par ailleurs, les agents de santé conseillent aux femmes de faire régulièrement l'autopalpation de leurs seins.

Car la prise en charge constitue un problème réel. Une situation qui entraine la mort de plusieurs femmes dans le ''silence" total par faute de moyens.

Burkina Faso

Hausse du prix du carburant - Eviter des solutions conjoncturelles pour résoudre des problèmes structurels

«Contre toute attente, le Gouvernement du Burkina Faso vient d'adopter en conseil des ministres du jeudi 08… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.