16 Octobre 2018

Sénégal: Retard de restructuration des NEAS - Les travailleurs en colere contre le PCA Charles Wade

Les travailleurs des Nouvelles éditions africaines du Sénégal (Neas) sont en colère contre le président du conseil d'administration (Pca) de cette maison d'édition, Charles Wade.

Face à la presse hier, lundi 15 octobre, le Syndicat des travailleurs des Neas exige le départ du Pca qui refuse de tenir une assemblée générale pour le changement de statut de la structure.

Devant le secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes (Csa), Elimane Diouf, les travailleurs sont aussi revenus sur les difficultés qui secouent les Neas.

Le torchon brûle entre les travailleurs des Nouvelles éditions africaines du Sénégal (Neas) et le président de son conseil d'administration, Charles Wade.

Pour cause, ce dernier a tardé à tenir l'assemblée générale qui doit changer le statut de cette maison d'édition. En conférence de presse hier, lundi 15 octobre, le Syndicat des travailleurs des Neas a fustigé ce retard de restructuration non sans demander le départ de Charles Wade.

«L'état a eu la volonté d'aider les Neas et dans cette volonté, il a demandé à la structure de faire un plan de redressement qui a été déjà fait en rapport avec la Direction du secteur parapublic mais on attend toujours la réunion du conseil d'administration qui bloque », a déclaré le secrétaire général adjoint du Syndicat des travailleurs des Neas, Abdoulaye Touré.

A en croire les travailleurs, si la restructuration est toujours à la traîne, c'est parce que Charles Wade est « majoritaire avec des actionnaires privées ».

« Un patrimoine national comme les Nouvelles éditions africaines du Sénégal, c'est l'Etat qui doit le gérer et si cette réunion se tient aujourd'hui, le statut des Neas change, ce qui ne va pas arranger Charles Wade », a relevé Abdoulaye Touré.

En effet, en plus du retard de l'assemblée générale, la maison d'édition est aussi frappée par un manque de fonds, un retard de salaires, des auteurs qui ne perçoivent pas leur droit d'auteur, une part très minime du Fonds d'aide aux éditions mais également un manque de production.

Selon les travailleurs, ce sont ces difficultés qui ont fait qu'aujourd'hui, les Neas sont au bord du gouffre. « Le manque de production, c'est ce qui a causé la prolifération de la contrefaçon », ajoute Abdoulaye Touré.

Venu soutenir les travailleurs des Neas, l'écrivain Marouba Fall pense que toute la nation est concernée pour redresser la structure, compte tenu de l'importance du livre.

« Les Neas ne peuvent pas être au même pied que les maisons d'édition privées qui n'ont pas de comité de lecture, qui n'ont pas de comité de correction, qui n'ont pas de personnel, qui n'ont même pas de siège », a-t-il soutenu.

En effet, pour le changement du statut de la maison d'édition, le Syndicat des travailleurs des Neas exige la tenue immédiate de l'assemblée générale mais également interpelle l'Etat, le ministère de la Culture et la Direction du livre, à travers le partage du fonds d'aide à l'édition.

Les Nouvelles éditions africaines du Sénégal sont une maison d'édition qui a été créée en 1972 par Léopold Sédar Senghor.

Sénégal

Le président de la CAOPA souligne "le rôle primordial" des femmes dans la pêche

 Le secteur de la pêche ne peut se développer sans "une forte implication" des femmes dont "le… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.