16 Octobre 2018

Sénégal: Surfaces agricoles - La région de Dakar perd 60 ha de terres par an

L'avancée du front urbain incontrôlé impacte principalement dans les zones rurales et sur des terres qui sont dévolues aux activités agricoles. Avec ce rétrécissement progressif des surfaces agricoles, la région de Dakar perd en moyenne 60 ha de terres agricoles par an.

C'est du moins ce qu'a fait savoir Djibril Diop, chercheur à l'institut sénégalais de recherche agricole (Isra). Il faisait une communication sur le thème : « Le foncier agricole face à l'urbanisme », lors d'un panel organisé hier, lundi 15 octobre, dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de l'alimentation.

Avec le rétrécissement progressif des surfaces agricoles, la région de Dakar perd en moyenne 60 ha de terres agricoles par an.

L'information a été livrée par Djibril Diop du bureau d'analyses macro-économiques de l'Isra. Il faisait une présentation sur le thème : « Le foncier agricole face à l'urbanisme » hier, lundi 15 octobre lors de la célébration de la journée mondiale de l'alimentation.

« Les terres à usage agricole sont en diminution continue dans la région. Présentement, la superficie moyenne exploitée par un producteur dans le département de Dakar n'est estimée qu'à 1200 m2 (0,12ha) et la tendance ne semble pas s'estomper.

Dans le département le plus rural de la région (Rufisque), on estime qu'entre 2002 et 2014, le tissu urbain a été́ multiplié par 2,52. Dans les communes de Sangalkam, Bambilor, Keur Massar, les terres agricoles les plus fertiles cèdent progressivement la place à des projets immobiliers », a-t-il fait savoir.

Selon toujours M Diop, les superficies emblavées pour le maraichage dans la région de Dakar sont passées de 617 ha en 2004 à 6,97 ha 2014, ce qui représente un recul de 610 ha en valeur absolue en dix ans.

Pour y remédier, Djibril Diop souligne la nécessité d'assurer une meilleure planification et gestion de l'espace des villes et autres agglomérations, à travers la réactualisation des Schémas régionaux d'Aménagement du Territoire (SRAT), la généralisation des Schémas Directeurs d'Aménagement Urbain (SDAU).

Dans la planification territoriale, il recommande d'accorder une grande attention aux interrelations entre le foncier rural et le foncier urbain, dans un contexte où l'empiétement des villes sur les dépendances des zones de terroirs tend à remettre en cause la vocation des terres concernées en dépit du fait qu'elles sont, naturellement, plus propices à l'exploitation agricole qu'à l'habitat.

« La planification urbaine doit être conçue de manière à planifier l'extension des villes et protéger davantage le foncier agricole, en organisant les modalités de son usage et de sa cession », a-t-il conclu.

Sénégal

Le chantage sur fond de pré-campagne de Macky Sall

Dans une sortie relayée par les médias internationaux, le président sénégalais, Macky… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.