17 Octobre 2018

Burkina Faso: Lutte contre le terrorisme - Alpha Barry demande la collaboration des pays voisins

Depuis un certain moment, la zone de l'Est du Burkina est confrontée à de multiples attaques terroristes endeuillant plusieurs familles tant chez les civils que les militaires. Afin de prendre à bras-le-corps cette situation, il s'est tenu, à Ouagadougou, le 16 octobre 2018, une réunion de haut niveau avec les ministres en charge des Affaires étrangères des différents pays frontaliers à l'Est du Burkina, notamment le Bénin, le Togo et le Niger.

« De 2015 à octobre 2018, plusieurs attaques ont été enregistrées et selon le dernier décompte, 243 personnes, civils et militaires confondus, ont trouvé la mort. Dans la seule semaine du 1er au 7 octobre 2018, on a enregistré des attaques ayant causé la mort d'au moins 13 éléments des Forces de défense et de sécurité au Burkina Faso, avec d'importants dégâts matériels ».

C'est ce qu'a déclaré le chef de la diplomatie burkinabè, Alpha Barry, lors de la réunion de haut niveau des ministres en charge des Affaires étrangères, de la sécurité et de la défense sur la situation sécuritaire des frontières du Bénin, du Togo, du Niger et du Burkina, le 16 octobre à Ouagadougou.

Le ministre Alpha Barry a aussi indiqué que depuis 2015, l'insécurité, notamment les attaques terroristes récurrentes au Burkina, constitue une grande préoccupation dans la sous-région. Au Burkina, a-t-il précisé, les attaques qui se faisaient au Nord se sont progressivement étendues à l'Est, ces derniers mois.

Il s'agit principalement des zones qui font frontière avec le Niger, le Bénin et le Togo, et avec un nouveau mode opératoire dont l'implantation d'engins explosifs improvisés.

Pour lui, les conséquences de ces attaques récurrentes constituent une menace sérieuse au niveau de la libre circulation des personnes et des biens de ces pays, et ralentissent aussi les activités des différents Etats.

C'est pourquoi il s'est réjoui de la tenue de cette réunion entre ministres en charge des affaires étrangères, de la défense et de la sécurité des pays voisins à l'Est du Burkina. « Cela témoigne de la volonté de nos chefs d'Etat d'agir ensemble comme partout ailleurs où le terrorisme a pu être maîtrisé, voire éliminé.

Nous avons donc la lourde responsabilité de convenir de dispositions précises en vue de venir à bout de ce phénomène qui prend des proportions inquiétantes dans la sous région », a-t-il interpellé.

Aussi, le ministre a signifié qu'il est conscient que le combat contre le terrorisme est fortement tributaire de la coopération et de la synergie d'actions.

Pour cela, il espère que la rencontre débouchera sur des solutions opérationnelles, précisant des actions concrètes à mener sur le terrain pour la concrétisation des efforts qui permettront de sécuriser durablement les frontières.

Burkina Faso

Kemi Seba lance les «Tribunaux populaires» ce 17 novembre 2018 à Ouagadougou

Après avoir secoué l'Afrique francophone sur les questions relatives au manque de souveraineté… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.