17 Octobre 2018

Congo-Kinshasa: Expulsion des congolais de l'Angola - Le Gouvernement hausse le ton !

She Okitundu, Vice-Premier et Ministre des Affaires Etrangères et Intégration Régionale, a lu hier, mercredi 17 octobre, au siège du Ministère des Affaires étrangères à Gombe, une déclaration devant la presse congolaise. Cette déclaration fait suite à la dix-huitième Réunion Extraordinaire du Conseil des Ministres tenue mardi dernier, avec comme sujet saillant l'expulsion massive des congolais résidants en République d'Angola.

She Okitundu n'a pas caché son indignation durant son speech au vu de la manière dont les congolais sont expulsés du territoire Angolais, des actes qu'il qualifie d'inhumains. Autant que lui, le Président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange, condamne cette procédure, ainsi que tout le Gouvernement. Et, dans la foulée, le patron de la diplomatie congolaise a promis de saisir les instances internationales pour crier haut et fort contre ces violations de droits de l'homme perpétrées par le voisin angolais.

Une fois de plus, les congolais en état d'irrégularité, résidants en Angola, se sont vus refouler depuis quelques jours du territoire angolais. Brutalisés, humiliés, pertes en vies humaines enregistrées, tortures et embarqués dans des conditions précaires, telle a été la manière dont ces compatriotes ont été contraints de rentrer dans leur pays.

Suite à ces actes barbares et en violation des droits de l'homme, le Vice-Premier Ministre n'a pas hésité de fustiger cette procédure qui viole tous les traités internationaux en la matière. Il affirme que les autorités congolaises n'ont pas reçu d'information préalable pour cette mesure de reconduite à la frontière, ni l'identification effective des personnes concernées. Il n'ignore pas le fait que l'Angola est dans son plein droit d'expulser toute personne non en ordre résidant dans son territoire, mais le schéma utilisé n'est pas à applaudir, car elle aurait pu user d'autres moyens commodes sans aller aux extrêmes.

De ce qui précède, Kinshasa attend des explications de Luanda, via son Ambassadeur qui, présentement, est en séjour dans son pays. Et, au vu de ce tableau sombre et de cette humiliation dont est victime la Rdc, devrait-t-elle agir de la même manière car, il ne faudra pas oublier que la Rdc, aussi, héberge un bon nombre d'angolais, vivant sur le territoire congolais en toute quiétude ? Quelles sont les motivations profondes d'une décision si radicale et brusquée du côté angolais? Telles sont les questions qui suscitent d'autres questions.

On n'est pas mieux que chez soi, ce proverbe trouve actuellement tout son sens. Le Gouvernement congolais s'engage d'user de tous les moyens diplomatiques pour veiller et mener des enquêtes sur cette situation, et en profiter pour identifier tout ces expulsés. Mais, s'il avèrerait qu'aucune réaction n'aie été faite de la part du pays concerné, et face à cette indifférence, l'Etat congolais se verra dans l'obligation de saisir les instances internationales compétentes pour le traitement de ce problème.

Congo-Kinshasa

Lutte contre Ébola - Les activités de riposte paralysées

L'insecurité qui règne à l'est du pays ne permet pas aux équipes de riposte contre… Plus »

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.