17 Octobre 2018

Sénégal: Non-lieu dans l'affaire du « Joola » - Un verdict politico-diplomatique ?

Photo: Sudonline
Bateau Joola

C'est désormais clos. La Cour de cassation de Paris a prononcé un non-lieu définitif dans l'affaire du Joola, confirmant ainsi le non-lieu que la Cour d'appel de Paris avait confirmé en 2016.

En rappel, les familles des 22 victimes françaises de la plus grande catastrophe maritime civile que l'humanité ait connue, avaient déposé une plainte dans l'Hexagone le 1er avril 2003 contre neuf personnalités sénégalaises pour « homicides et blessures involontaires», «violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence» et «défaut d'assistance à personne en péril».

Cette plainte qui concernait des hauts cadres de l'appareil civil et militaire du pays, avait suscité l'ire des autorités sénégalaises qui n'avaient pas hésité, en représailles, à déposer coup sur coup deux plaintes, l'une suite à la mort de deux Sénégalais dans l'incendie de l'hôtel Paris-Opéra en 2005, afin de mettre en cause les responsables politiques français de l'époque, et l'autre contre le juge d'Evry, Jean-Wilfrid Noël, qui était en charge du dossier du Joola pour « forfaiture et acte de nature à jeter le discrédit sur les institutions sénégalaises ».

Puis, il s'en est suivi une véritable guérilla procédurale, qui a abouti dans un premier temps au dessaisissement du juge Jean-Wilfrid Noel, et, dans un second temps, à l'abandon des poursuites contre le Premier ministre sénégalais d'alors, Mame Madior Mboye et ses 8 coaccusés.

En clair, la Justice française a préféré s'en laver les mains, puisque le Sénégal avait déjà classé le dossier en 2003 après avoir identifié le commandant de bord du bateau qui a péri dans le naufrage, Issa Diarra, comme l'unique responsable du drame.

La confirmation du non-lieu en appel et en cassation n'est donc pas une surprise, car fondée, selon les juges français, sur la convention franco-sénégalaise du 29 mars 1974.

Evidemment, pour les familles des victimes françaises comme sénégalaises, c'est un déni de justice, car, on ne peut imputer le naufrage du ferry au seul commandant de bord, quand on sait que le Joola a chaviré un soir de tempête avec plus de 2000 passagers, selon certaines sources (sa capacité réelle serait de 550 passagers), et que les secours auraient mis plus de dix-huit heures avant d'intervenir.

Les familles des victimes ont raison de hurler leur colère

En vérité, les raisons du drame sont connues et ont été reconnues par les autorités sénégalaises qui avaient, dans la foulée, accepté de dédommager les victimes à hauteur de dix millions de francs CFA chacune et de construire un mémorial pour leur rendre hommage, pour obtenir le silence de leurs ayants droit.

Le dépassement des capacités d'embarquement des passagers, les difficultés de transport sur la "transgambienne" durant l'hivernage, le mauvais état du navire, la qualité douteuse et l'insuffisance du matériel de sauvetage, les difficultés de communication entre le navire et la terre, liées à la vétusté du matériel de transmission ne sont pas du fait du commandant de bord, encore moins des victimes, mais relèvent de la responsabilité de l'Etat du Sénégal qui devrait supporter les conséquences du laxisme, si ce n'est de l'affairisme de certains de ses cadres.

Certes, des ministres ont été débarqués de leurs postes et plusieurs responsables de la marine marchande ont été démis de leurs fonctions, mais cela suffit-il à faire la lumière sur ce drame maritime sans précédent dans l'histoire?

Assurément non, et les familles des victimes ont raison de hurler leur colère et de voir dans le double, voire le triple enterrement du dossier, par le Sénégal et par la France, des arrangements politico-diplomatiques afin que les relations entre les deux pays survivent au Joola et au millier de disparus qui gisent encore et toujours au fond de l'Atlantique.

L'arrêt de la Cour de cassation de Paris est un véritable coup d'assommoir porté contre toutes les familles qui, depuis une quinzaine d'années, luttent contre l'oubli et contre la banalisation de cette tragédie.

Le dédommagement des familles des victimes au niveau local sans qu'on ne sache qui sont les responsables de toutes ces infractions graves et délibérées aux conventions de l'Organisation maritime internationale, peut être considéré comme une insulte à la mémoire des disparus et ce ne sont pas les micmacs judiciaires et le tango diplomatique auxquels se livrent apparemment la France et le Sénégal, qui permettront d'éviter prochainement des scènes apocalyptiques du genre, loin s'en faut.

Il ne s'agit pas de trouver coûte que coûte des coupables, mais le simple bon sens aurait voulu que des individus paient pour leur laxisme et leurs défaillances, surtout que cela a coûté la vie à près de 2000 personnes de 13 nationalités. Si les autorités judiciaires sénégalaises actuelles rouvraient le dossier, la gravité des responsabilités des uns et des autres pourrait davantage scandaliser l'opinion publique nationale et même internationale. Mais si cela peut servir de catharsis, pourquoi ne pas le faire ?

En savoir plus

Non-lieu définitif de la justice française dans le naufrage du Joola

C'est la fin de la procédure judiciaire française dans l'affaire du Joola, ce ferry… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.