Centrafrique: Motion de destitution contre le président de l'Assemblée nationale

Photo: Rfi
Assemblée Nationale en CentrAfrique
19 Octobre 2018

18 membres de la conférence des présidents de l'Assemblée nationale se penchent ce 19 octobre sur la demande de destitution de Abdou Karim Meckassoua. 95 députés sur 140 ont signé la pétition.

Elu en mai 2016 au perchoir de l'Assemblée nationale par la majorité des députés, Abdou Karim Meckassoua semble perdre aujourd'hui la confiance de la quasi-totalité de ses électeurs. 95 députés sur 140 soit plus des 2/3 souhaitent sa destitution conformément à l'article 70 de la Constitution de la République et l'article 12 du règlement intérieur de l'Assemblée nationale.

"Il y a beaucoup d'affaires, beaucoup de scandales. Vous avez par exemple, l'affaire des kits des députés: 322 millions de FCFA. Généralement ces kits-là sont achetés à 25, 28, 30 millions, jamais plus. C'est un scandale grossier. Les autres motifs, vous avez par exemple l'article 60 de la Constitution qui demande à l'Assemblée nationale de donner des autorisations au gouvernement dans le cadre des contrats miniers, forestiers et autres. Et nous sommes au courant que certains de ces avis, certains de ces accords ont été monnayés 50 millions FCFA. Vous imaginez, l'Assemblée nationale qui accepte la corruption ! Alors pour contrôler l'action du gouvernement, il faut donner l'exemple", nous explique Mathurin Dimbélé Nakoé, député de Sosso Nakombo et 2e vice-président du bureau Exécutif de l'Assemblée nationale est l'un des signataires de la pétition.

L'optimisme des soutiens de Meckassoua

Georges Thierry Vackat, Député de Mongoumba, Président de la commission défense à l'Assemblée nationale, un des soutiens de Meckassoua, doute que cette demande soit suffisamment prouvée.

"Si vous regardez l'article 12 du règlement intérieur, le jour où la conférence des présidents va être saisie, nous demanderons à connaître l'administration des preuves, c'est-à-dire, leur requête motivée, accompagnée des pièces étayant ou qui défendent l'accusation proférée à l'égard du PAN."

La Société civile craint des tensions

Paul Créscent Béninga porte-parole du Groupe de Travail de la Société Civile met en garde contre toute instabilité sociale qui pourrait en découler.

"Pour nous qui sommes au niveau du groupe de travail de la société civile, nous voulons attirer l'attention de ceux qui sont là, de leur dire qu'ils font de telle sorte que ces manœuvres-là n'impactent pas sur le bon fonctionnement des institutions, sur la stabilité sociale, sur la stabilité politique."

La destitution du président de l'Assemblée nationale, une fois prononcée, l'Assemblée Nationale procède alors à l'élection d'un nouveau Président dans les trois (03) jours francs qui suivent cette décision dans les conditions fixées à l'article 10 du RI. Meckassoua peut toutefois perdre la présidence, mais demeure député de sa circonscription le 3ème arrondissement de Bangui.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Centrafrique

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.