20 Octobre 2018

Ile Maurice: Jaynarain Meetoo - «L'interculturalité est la voie naturelle dans un pays comme le nôtre»

Jaynarain Meetoo a pris du recul après une longue carrière dans l'enseignement, un passage en politique et dix ans au service de la diplomatie. Or, cet homme de grande culture, âgé de 72 ans, est toujours partant pour promouvoir le concept de l'interculturalité.

L'ex-ambassadeur est féru de littérature depuis son plus jeune âge. «C'est Daniel Koenig, un enseignant d'une grande générosité, qui m'a donné ce goût pour la culture», confie Jaynarain Meetoo. Il affirme que ses enseignants, au collège Royal de Curepipe, dont Robert D'Unienville, étaient dotés d'un sens inné du devoir de transmission. Il regrette de ne plus trouver cet enthousiasme parmi des enseignants aujourd'hui.

Inspiré par ces modèles, le jeune Jaynarain Meetoo prend de l'emploi au collège Eden, à Rose-Hill. Il y fera carrière. Comme ses mentors, il s'efforce à initier ses élèves à l'amour de la littérature. C'est cette ouverture sur le plan culturel que veut promouvoir l'exenseignant, qui aujourd'hui préside le conseil d'administration du Mahatma Gandhi Institute (MGI). «L'interculturalité est la voie naturelle dans un pays comme le nôtre.» Il avoue rencontrer peu d'enthousiasme à accepter le concept. «C'est en raison de vieux réflexes bien ancrés qu'on rencontre certaines résistances.»

Jaynarain Meetoo a toujours entretenu des idées novatrices. Déjà en 1970, avec son ami de toujours, Ramduth Jaddoo, il se joint au Mouvement militant mauricien (MMM), naissant. «Nous savions que nous allions au devant de moments difficiles, mais nous étions motivés par nos convictions et portés par nos rêves.» Notre interlocuteur se désole que de nos jours, les jeunes n'ont plus de rêve d'avenir, ni de grandes ambitions pour la société.

En dépit de son engagement de première heure au MMM, Jaynarain Meetoo n'est pas candidat aux élections de 1976. Il est en France pour des études universitaires. Même s'il rentre à Maurice au début des années 80, le vétéran du MMM n'est pas de la course en juin 1982. Après le premier 60-0, il est nommé président du conseil d'administration du MGI. Puis, en 1989, il est élu maire de Quatre-Bornes. Son mandat est marqué par une action culturelle soutenue.

Quand survient la cassure au MMM en 1983, le «militant préhistorique» comme il se décrit choisit de rester au parti. Candidat dans la circonscription n°8 (Quartier-Militaire-Moka) aux côtés de Rama Poonoosamy et Yousuf Maudarbocus, il arrive à la 4e place après les élus du MSM-PTr.

Malgré la défaite, Jaynarain Meetoo assure une présence dans la circonscription. Cependant contre toute attente, il est envoyé au n°10 (Montagne-Blanche-GRSE). «La raison de ma mutation m'est toujours restée un mystère.» Or, en bon soldat, il s'en va là où sa présence est réclamée. Il est à nouveau battu.

Quand en 1993 le MMM connaît une nouvelle scission, Jaynarain Meetoo se range aux côtes de Prem Nababsing et d'autres militants pour fonder le Renouveau militant mauricien. Deux ans plus tard, il est nommé ambassadeur à Paris. Commence ainsi une carrière diplomatique qui mènera le militant à la chancellerie de Genève et au hautcommissariat de Londres. Les observateurs s'accordent à dire que l'ambassadeur Meetoo a contribué au rayonnement du pays lors de son passage dans la diplomatie.

Son parcours

1970 : Se joint au MMM ;

1974 : Se rend en France pour des études universitaires ;

.1982 : Président du conseil d'administration du MGI ;

1983 & 87 : Candidat du MMM aux n°s8 et 10 ;

1987 : Maire de Quatre-Bornes ;

1996 : Ambassadeur à Paris ;

2000 : Ambassadeur à Genève ;

2005 : Haut-commissaire à Londres ;

2015 : Président du conseil d'administration du MGI.

Ile Maurice

RSF condamne un durcissement de la législation sur les contenus en ligne

Adoptés le 6 novembre dernier, des amendements à la loi sur l'information et les… Plus »

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.