21 Octobre 2018

Congo-Kinshasa: Le silence coupable

Les dernières tueries à Beni, dans la province du Nord-Kivu remonte seulement à 48 heures. Dans la nuit de samedi à dimanche, environ 13 vies ont été ôtées à des Congolais, des civils en majorité. Comme chaque fois, l'identité des tueurs n'est pas vraiment connue.

Ce sont les derniers crimes d'une longue série qui dure déjà quatre ans. Beni est une ville meurtrie, une ville sinistrée. Depuis plusieurs années, les habitants de cette ville lancent des cris de détresse, mais aucun secours ne vient ni des forces armées de la République démocratique du Congo, responsable numéro un de la sécurité des Congolais et de l'intégrité du territoire national, ni des forces de la Monusco.

Il est notoirement connu que le gouvernement congolais n'est pas innocent dans les massacres perpétuels que subit la ville de Beni. Dès lors, la solution ne viendra jamais de Kinshasa, car ceux qui permettent ces tueries sont justement localisés dans la capitale, selon plusieurs rapports des experts des Nations unies.

C'est donc vers la communauté internationale qu'il faudrait chercher la solution. Ici également, la Monusco devra répondre. Elle qui a reçu mission de protéger les civils en République démocratique du Congo et de neutraliser les forces négatives. Les casques bleus sont donc comptables des massacres qui se commettent en permanence sous leur barbe dans la partie Est de la RDC.

Pourtant, face à ces crimes aveugles, la communauté internationale ne lève pas assez le ton. Plus grave, malgré la présence de la plus grande mission de casques bleus dans le monde, l'insécurité demeure dans cette partie du pays. C'est à croire que les soldats de la paix font le tourisme dans les collines de l'Est.

Beni est une ville sur-militarisée avec la présence des milliers de Fardc et des soldats de la paix. Mais, curieusement, ceux-ci ne parviennent pas à imposer la paix face à des groupes armés non entraînés et faiblement équipés. L'Onu doit agir en urgence pour imposer la paix dans cette région et la stabiliser. Sinon, on est bel et bien dans un cas de non assistance à peuple en danger.

Congo-Kinshasa

Expulsés d'Angola, des Congolais plongés dans la misère au Kwango

Depuis le mois d'octobre 2018, des milliers des Congolais, de l'Angola manu militari, atterrissent sans défense,… Plus »

Copyright © 2018 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.