22 Octobre 2018

Cameroun: Voler plus haut

Aujourd'hui, le Conseil constitutionnel proclame les résultats de l'élection présidentielle du 7 octobre. C'est un grand jour pour le Cameroun, l'épilogue d'un long processus entamé depuis le 9 juillet, date de la convocation du corps électoral.

Au terme de cette procédure, les Camerounais peuvent légitimement être fiers de leur système démocratique. Il a permis de choisir démocratiquement et sans incident majeur l'homme qui présidera aux destinées du Cameroun pour les sept prochaines années.

Enclenché dans le sang et les larmes, en ces années 90 désignées comme « années de braise », le modèle camerounais du pluralisme politique et social appliqué aux élections a donc gagné en visibilité, en efficacité et en consensus. Alors que l'administration faisait progressivement place à une structure autonome de gestion des élections -Observatoire national des élections (ONEL), puis Elections Cameroon (ELECAM)- les listes électorales étaient informatisées, la biométrie introduite.

En outre, au cours de l'année en cours, le Conseil constitutionnel, acteur majeur du système électoral, annoncé depuis la dernière révision de la Constitution en 1996, était enfin mis en place pour compléter l'échiquier et jouer son rôle d'arbitre. Ce qu'il a fait avec sérieux et application, avec un parti pris pour la transparence que les Camerounais ne cessent de louer. Cette évolution, qui a apaisé bien des aigreurs et bien des antagonismes dans la société, est sans aucun doute le fruit d'une recherche de consensus entre le pouvoir et les autres acteurs politiques, notamment ceux de l'opposition, sur les principes éthico-politiques qui fondent ce système.

On peut donc affirmer sans risque de se tromper que les résultats qui seront rendus publics ce jour procèdent d'une organisation de longue haleine, née d'une volonté politique de moderniser l'arsenal juridique électoral, lui-même issu d'un dialogue constructif entre les décideurs et les forces vives. Dès lors, on ne peut tolérer que certains politiciens, alors que l'arbitrage électoral s'est déroulé, pour ainsi dire sous leurs yeux, prennent prétexte de leur défaite pour appeler les Camerounais à manifester dans les rues, comme en 1991, et comme si nous devions marcher à reculons vers l'avenir.

Il serait en effet navrant, 30 ans après l'ouverture démocratique, d'en arriver là. En observant la réaction mitigée de la majorité des Camerounais face à ces appels à la violence de rue -l'exemple de Douala hier, qui a vaqué à son train-train habituel - on en conclut que le temps et les péripéties, mais aussi la conduite particulièrement ouverte de l'élection du 7 octobre, ont façonné des citoyens plus éclairés, plus concernés et plus matures. Ils ne se laisseront pas manipuler par des hommes politiques qui avaient si peu le sens de l'intérêt général et du compromis qu'ils n'ont pas pu créer une coalition dans leur propre intérêt, afin de se mesurer à un adversaire politique de la trempe de Paul Biya.

Tout au long de ces jours d'attente des résultats, l'on a noté avec admiration la lucidité des Camerounais sur la situation qui prévaut. D'un côté, il y a les résultats du scrutin qui traduisent la volonté claire des citoyens, le choix libre et souverain du leader, celui qui incarne le mieux l'unité, la paix et la prospérité. De l'autre, il y a une poignée de candidats malheureux qui, poussés par leurs soutiens occultes ou déclarés, entendent enflammer la rue. Et capturer le pouvoir comme par mégarde, au milieu de la confusion générale qu'ils espèrent créer. Les Camerounais ordinaires font d'ailleurs remarquer que certains partis politiques n'ont pas pris le temps, longtemps avant l'échéance présidentielle, de quadriller le pays pour aller à la rencontre des militants de base, afin de les sensibiliser à l'élection, à ses modalités, en particulier à la représentativité dans les bureaux de vote et à l'inscription sur les listes électorales.

Curieusement, ils entendaient néanmoins récolter là où ils n'avaient pas semé. Comment ? En mobilisant les affects, notamment l'identité ethnique et régionale, et aussi en dénigrant comme de coutume « le pouvoir et ses méthodes. » Mal leur en a pris : la gestion transparente du contentieux électoral a mis à nu leurs propres failles (absence de travail de fond, impréparation, mauvaise foi), autant que la régularité du scrutin. On peut alors penser que ce qui sera consacré ce 22 octobre, ce n'est pas seulement un vainqueur. Ce sera aussi le couronnement d'un processus démocratique que les acteurs se sont obligés à conduire avec rigueur et méthode. Même s'il faut reconnaître qu'il n'est pas absolument sans défaut.

En accueillant le verdict des urnes dans le calme qui sied, et en le respectant comme miroir fidèle du choix de la majorité, les Camerounais écriront encore une nouvelle et belle page de leur apprentissage démocratique. Ils feront mentir ceux qui croient l'Afrique condamnée aux violences post-électorales ou qui la jugent inapte à gérer son propre destin, dans le respect des différences individuelles, des opinions, des lois et des institutions. La réussite de ce moment serait également une leçon aux « tuteurs » de l'Afrique, aux « parrains » prompts à distribuer les bons et mauvais points à leurs « élèves », 60 ans près les indépendances.

Comment ne pas citer à ce propos William Blake, auteur britannique, écrivant non sans humour : « L'aigle ne perdit jamais plus de temps que lorsqu'il consentit à recevoir les leçons du corbeau... » Comme pour dire : dans le ciel bleu où il vole, l'aigle est face à lui-même, et face à son destin. Voler, c'est ce qui importe. A l'image de cet oiseau majestueux, le Cameroun est face à lui-même. Prions qu'il choisisse de voler toujours plus haut que la manipulation, la haine et les sirènes de la division.

Cameroun

Egypte-Tunisie, leadership en jeu

C'est un classique du football africain. L'Egypte, sept fois sacrée en 23 participations, et la Tunisie,… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.