Djibouti: Plusieurs arrestations dans le parti d'opposition Model

Djibouti

A Djibouti, 5 membres du parti d'opposition Model ont été incarcérés avant d'être remis en liberté provisoire dimanche soir. Ces interpellations font suite à l'ouverture d'une école au sein du mouvement afin de former les militants. Les autorités accusent le Model d'avoir ouvert un établissement scolaire sans autorisation.

« Former un citoyen c'est construire une nation. » Voilà le mantra de l'école interne du Model inaugurée le 12 octobre. « C'est une structure réservée à nos membres majeurs, sans aucuns frais et destinée à former les citoyens », explique Kadar Abdi Ibrahim, le secrétaire général du mouvement.

Mais cette ouverture n'a pas été du goût des autorités. Vendredi, 5 membres du Model, dont plusieurs hauts cadres, ont été arrêtés. Selon une source judiciaire, l'école du parti serait illégale, car elle aurait été ouverte sans aucune autorisation.

Une enquête a été confiée à un juge d'instruction, qui a remis les opposants en liberté provisoire dimanche soir. Leurs passeports ont été confisqués au passage.

Le Model réfute toute infraction et explique qu'aucune autorisation n'était nécessaire pour son école. « Nous formons nos militants. Les séminaires sont dispensés par d'autres membres. On ne se substitue pas au système scolaire », indique Kadar Abdi Ibrahim.

Pour le secrétaire général, lui-même arrêté vendredi, « il y a une banalisation des interpellations d'opposants. Le pouvoir veut contraindre ses adversaires à quitter le pays. »

Les défenseurs des droits de l'homme comme l'ODDH et la LDDH ont d'ailleurs dénoncé un bâillonnement politique par le pouvoir.

Daoud Houmed, un porte-parole de la majorité, rappelle lui que le Model est un parti non reconnu et donc illégal. « Notre Etat a des gardes fous. Ce mouvement ne peut pas organiser d'activités relevant du domaine public », conclut-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.