Guinée: La manifestation de l'opposition interdite

Photo: Le Pays
Répression de la manifestation de l’opposition en Guinée
23 Octobre 2018

Des opposants sont malgré tout descendus dans la rue, avant d'être dispersés par les forces de police à coup de gaz lacrymogène. Des affrontements ont été signalés dans différents quartiers de la capitale Conakry.

Le cortège de l'opposition dirigé par Cellou Dalein Diallo a été stoppé au niveau du rond-point de Bellevue, un quartier de la proche banlieue de Conakry. L'opposant et ses alliés voulaient rejoindre l'axe Hamdallaye-Cosa où ils étaient attendus par leurs militants pour la marche qu'ils ont prévue sur l'autoroute Fidel Castro de Conakry.

Dalein Diallo accuse la présidence d'avoir voulu l'éliminer

Seulement, leur parcours n'aura duré que quelques minutes. À peine sortis du domicile privé du chef de file de l'opposition guinéenne, les militants ainsi que leurs leaders ont été gazés par les forces de l'ordre qui étaient déployées dans les parages. Un impact de projectile a été constaté sur le véhicule de Cellou Dalein Diallo. Le leader de l'Union des forces démocratiques de Guinée a accusé le président Alpha Condé d'avoir donné l'ordre de l'éliminer physiquement :

"Aujourd'hui je suis sorti de chez moi avec un cortège. Arrivé au carrefour de Bellevue, on a été bloqué par les forces de l'ordre qui nous ont arrosés de gaz lacrymogènes. Et puis, finalement, il y a eu une balle partie de leur côté qui est venue traverser le pare-brise et la lunette arrière. J'étais juste au milieu. Donc j'étais avec le leader du Bloc libéral derrière. On m'avait prévenu. Il y a trois jours que les gens me disent qu'il y a un plan élaboré pour mettre fin à mes jours à l'occasion de cette marche et qu'il ne faut pas du tout sortir. Plusieurs personnes m'ont prévenu. Je pensais que c'était la campagne d'intimidation habituelle mais lorsque le coup de feu est parti, et a traversé ma voiture, naturellement j'ai compris que c'était vrai.

Malgré tout, Cellou Dalein Diallo a annoncé qu'il allait " continuer le combat ! Parce que c'est un droit constitutionnel de manifester dans les rues et sur les places publiques ! "

Des opposants se désolidarisent du principe de manifestation

Des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants ont été par ailleurs signalés dans plusieurs quartiers de Conakry, essentiellement sur l'axe Hamdallaye Bambeto Cosa. Des quartiers réputés être des zones de tension et acquis en majorité à l'opposition.

Pour le responsable des unités d'intervention de la police, tout sera mis en œuvre pour faire respecter les consignes d'interdiction des manifestations par les autorités de Conakry.

Déjà plusieurs opposants se sont désolidarisés du principe de manifestation. Le dernier cas est celui d'Allouseny Makanera Kake, actuel porte-parole de l'opposition républicaine.

Les opposants au pouvoir en place protestent contre le non-respect des accords signés au mois d'août dernier en vue de l'installation des conseillers communaux issus des élections du 4 février prochain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Guinée

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.