24 Octobre 2018

Ile Maurice: Projet hôtelier à Pomponette - Un «petit coup de vent» jette à terre le barrage rafistolé

Rebelote... Dame Nature semble décidément s'acharner sur le barrage en tôle installé par le promoteur Clear Ocean Hotel and Resorts Ltd à Pomponette. Dans la soirée du lundi 22 octobre à mardi matin, ce barrage rafistolé a cédé face à «un petit coup de vent». En septembre, ce sont les fortes houles qui l'avaient «balayé».

Une situation que dénonce le collectif Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL), photos et vidéo à l'appui sur sa page Facebook. «Les promoteurs vont sûrement se dépêcher de cacher la misère et le danger», s'insurgent les membres. Or, fait remarquer AKNL, «la saison des cyclones approche». Et le barrage risque de nouveau de se retrouver à terre. Ou pire encore, blesser les pique-niqueurs.

«Les autorités ont été alertées des dangers maintes fois. Elles ne font rien», déplore le collectif qui milite pour la «libération de la plage de Pomponette», ainsi que de celles du pays. Et AKNL de lancer une mise en garde : «Nous saurons trouver les responsables si un incident devait se produire.»

En septembre, le collectif avait insisté que «ce barrage est dangereux et n'a plus rien à faire là». Soulignant, dans la foulée que «le terrain est à l'abandon depuis des mois». Et après avoir porté plainte, dimanche 23 septembre, contre ce barrage, AKNL s'est de nouveau rendu à la police. À l'époque, Carina Gounden avait fait ressortir que le ministre du Logement et des terres, Mahen Jhugroo, «serait un grand irresponsable s'il se refuse à nouveau d'agir».

Ile Maurice

Vishal Shibchurn - «Il n'y a pas de gang du Sud, c'est une invention de la police...»

Vishal Shibchurn s'est constitué prisonnier hier matin, vendredi 16 novembre, au poste de police de Rose-Belle.… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.