Burkina Faso: SIAO 2018/Harouna Kaboré- « Nous avons pris des dispositions sécuritaires pour que tout se passe bien »

Photo: Rfi
SIAO à Ouagadougou
24 Octobre 2018

Dans la soirée du 23 octobre 2018, le ministre du Commerce, de l'artisanat et de l'industrie du Burkina ainsi que le comité d'organisation du Salon international de l'artisanat de Ouagadougou (SIAO) ont animé un point de presse au siège de ladite structure à Ouagadougou.

Cette rencontre avec les journalistes a eu pour objet de faire le point sur l'organisation et faire part des innovations de cette 15e édition du SIAO qui se tiendra du 26 octobre au 4 novembre 2018 dans la capitale burkinabè. C'était également le lieu, pour le comité d'organisation, de donner un certain nombre de consignes sécuritaires pendant le festival.

Il ne reste plus que 48 heures pour que démarre la 15e édition de la biennale de l'artisanat de Ouagadougou. Avant le début du lancement officiel de l'activité, le ministre en charge du Commerce a tenu à revenir, lors de la conférence de presse qui s'est tenue le 23 octobre dernier, sur les dispositions prises pour que le SIAO se passe dans les meilleures conditions possibles.

« Nous avons renforcé le nombre des forces de défense et de sécurité et nous les avons aussi dotées de moyens techniques pour que cette 15e édition se passe dans la quiétude».

C'est ce qu'a rassuré le ministre du Commerce, de l'artisanat et de l'industrie, Harouna Kaboré. Avec les multiples attaques terroristes que traverse le Burkina ces derniers temps, le ministre a indiqué que plusieurs mesures sont prises pour éviter d'éventuels désagréments.

Il a également confié que des annonces seront faites permanemment sur le site du SIAO par les forces de défense et de sécurité. Il a non seulement invité les populations à dénoncer des cas suspects, mais aussi à se conformer aux dispositions sécuritaires.

Plusieurs pays, selon le ministre Harouna Kaboré, sont attendus pour cette édition dont Madagascar en tant que pays invité d'honneur. Pour cette édition, a-t-il poursuivi, sur une prévision initiale de 550 stands, 652 demandes de stands ont été satisfaites.

En sus, pour ce qui est des activités qui seront menées au cours de cette édition, le ministre a fait cas, entre autres, d'expositions-ventes, de séminaires-ateliers liés au thème de l'édition, de rencontres d'affaires, d'animations artistiques et culturelles et d'espaces ludiques pour enfants.

Il a également fait savoir que d'énormes innovations attendent les festivaliers, dont le paiement des titres d'accès au site d'exposition par mobile money. Une manière, selon lui, de réduire la longueur des files d'attente devant les guichets et contribuer à une meilleure sécurisation des participants.

D'autres innovations dont le ministre Harouna Kaboré a fait cas, sont, entre autres, l'amélioration de la mise en œuvre du pole des régions du Burkina Faso par des stands d'exposition dédiés aux 13 régions ; la mise en compétition, pour la 1re fois, d'un prix du ministre en charge de l'artisanat, dénommé « prix d'excellence pour la transformation et la promotion des produits locaux ».

Des prix seront également dédiés à la créativité. Pour sa part, le directeur général du SIAO, Dramane Tou, a indiqué que la sécurité est garantie à ce festival et que lui et son équipe travaillent d'arrache-pied pour satisfaire les festivaliers.

Il a aussi noté que le thème de cette 15e édition est « artisanat africain, exigence du marché et développement technologique ». Le budget pour cette édition est de 700 millions de F CFA.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.