24 Octobre 2018

Congo-Kinshasa: L'opposition en Afrique du Sud pour dissiper ses divergences

Photo: LephareOnline
Conclave de l'opposition à Johannesburg

Alors qu'elle est secouée par de fortes turbulences qui menacent sa cohésion, l'opposition congolaise se retrouve les 24 et 25 octobre en Afrique du Sud pour dissiper ses divergences. Une façon de laver les linges sales en famille. Sous l'œil vigilant de l'Ong sud-africaine « In transformation initiative (ITI) ».

Face aux prophètes de malheur qui ne jurent que par sa désintégration, l'opposition congolaise, qui se retranche les 24 et 25 octobre 2018 en Afrique du Sud, donne plutôt le contraire. Elle reste unie et n'est pas non plus à se disperser. Si les principaux leaders de l'opposition maintiennent tous la marche du vendredi 26 octobre contre la machine à voter, ils ont en même temps les regards tournés vers l'Afrique du Sud où ils tentent de réajuster leur stratégie pour se présenter en ordre utile au rendez-vous électoral du 23 décembre 2018.

L'opposition n'est donc pas essoufflée. Bien au contraire. Elle est débout. Après le vent de panique qui a soufflé dans ses rangs, c'est à Johannesburg, capitale économique de l'Afrique du Sud, que l'opposition congolaise est allée dissiper ses malentendus.

Dans les rangs de la majorité au pouvoir, c'est le désespoir qui se lit dans les figures. Pour autant que certains avaient déjà crié à la victoire, estimant que l'opposition était au bord d'une désintégration presqu'irréversible. Le rendez-vous de Johannesburg vient de prouver le contraire. Plus que jamais, l'opposition reste unie et prête à affronter les urnes le 23 décembre prochain.

Une Ong sud-africaine à la manœuvre

De l'avis de Jeune Afrique, les grands partis de l'opposition congolaise se réunissent donc à Johannesburg, à l'initiative d'une ONG sud-africaine, « In transformation initiative (ITI », dirigée par d'anciens négociateurs de la fin de l'apartheid.

Certes, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi ou encore Félix Tshisekedi manquent à l'appel de la réunion des opposants congolais, mais leurs délégués ont fait le déplacement de l'Afrique du Sud, confirme l'ITI. Ivor Jenkins de l'ITI reste satisfait. « Chaque parti a envoyé deux délégués et toutes les formations sont représentées », affirme-t-il à Jeune Afrique.

Ce consultant sud-africain, spécialisé dans la résolution des conflits et les transitions politiques, est l'un des directeurs de l'« In transformation initiative » (ITI), une ONG sud-africaine fondée en 2013 par d'anciens acteurs de la transition post-apartheid sud-africaine pour « soutenir [... ] les solutions pacifiques et durables » aux conflits à travers la planète.

C'est cette organisation qui a invité les parties congolaises à se réunir, les 24 et 25 octobre, à Johannesburg, « pour leur donner une opportunité de discuter des problèmes qui se posent autour des élections en RDC », selon Jenkins.

La rencontre de l'Afrique du Sud vient rabattre les cartes sur la scène politique congolaise. Qu'est-ce qui va se passer après le cap de Johannesburg ? Difficile à dire. L'on sait néanmoins que l'opposition se servira de ce forum pour dissiper ses malentendus et, sans doute, repartir du bon pied, à deux mois des élections du 23 décembre 2018.

Comme au temps fort de la crise politique du débat des années 2000, sous feu Laurent-Désiré Kabila, c'est encore sous l'égide d'une Ong sud-africaine que pourrait peut-être s'ouvrir l'espoir d'une sortie de crise en RDC. L'opposition doit se saisir de cette opportunité et prouver qu'elle est en mesure d'assumer le poids de l'alternance démocratique.

On espère qu'une fumée blanche sorte aujourd'hui jeudi en Afrique du Sud, ouvrant la voie à une opposition responsable et prête à amener le peuple congolais sur le chemin de l'alternance démocratique.

En savoir plus

Présidentielle du 23 décembre - L'opposition cherche à arrondir les angles

La question de la machine à voter a finalement réussi à diviser les uns et les autres. Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.