Togo: GNL - Infrastructures de stockage et de regazéification à Lomé

25 Octobre 2018

Lors du Conseil des ministres qui s'est déroulé jeudi, le gouvernement a écouté une communication du ministre des Mines et de l'Energie relative au projet d'approvisionnement du Togo en gaz naturel liquéfié GNL) auprès de la Guinée équatoriale.

Lomé et Malabo ont décidé d'explorer la possibilité de réaliser des infrastructures de stockage et de regazéification du GNL pour alimenter les centrales thermiques du Togo et des pays voisins.

Le projet consisterait, selon des experts, à construire à Lomé un terminal GNL.

Une infrastructure de cette nature n'a de logique économique qu'à la condition de fournir au minimum 500 Mw.

La capitale togolaise pourrait donc alimenter les centrales des pays de l'hinterland.

Le gazoduc ouest-africain pourrait être un véhicule très utile pour alimenter directement le Ghana et le Bénin.

Dans ces conditions, le Togo deviendrait un véritable hub énergétique dans la région.

Le Bénin travaille sur un projet similaire avec Gasol (Grande Bretagne) et Socar (Azerbaïdjan) pour installer des équipements de stockage flottants et une unité de regazéification au port de Cotonou.

La Côte d'Ivoire est également actif sur ce marché avec la construction par Total d'un terminal d'importation de GNL pour approvisionner les centrales du pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.