Célébration du 73ème anniversaire de l'ONU - Le Financement des ODD « productifs » en ligne de mire au Cameroun

25 Octobre 2018

Yaoundé, Journée des Nations Unies 2018 (CEA www.uneca.org/fr/sro-ca) - Comment les parties prenantes devraient-elles mobiliser des ressources de manière efficiente et effective pour financer les Objectifs de développement durable (ODD) au Cameroun, en particulier au moment où le pays aspire à l'atteinte de l'émergence en 2035 ?

Et pour quelle raison devrait-on accorder une attention plus soutenue à l'ODD 8 (travail décent et croissance économique), à l'ODD 9 (industrie, innovation et infrastructures) et à l'ODD 12 (modes de production et de consommation durables), dans cette perspective ?

Telles sont les deux questions fondamentales auxquelles des éléments de réponse devraient être apportés le 09 novembre 2018 au cours d'un symposium convoqué par la Commission Économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) et le Bureau du Coordonnateur Résident des Nations Unies au Cameroun, à la Fondation Muna à Yaoundé, sous l'impulsion du Groupe de Communication, dans le cadre des activités marquant le 73ème anniversaire des Nations Unies.

Placé sous le thème : « Financement de l'Agenda 2030 pour le développement durable au Cameroun : le cas des ODD 'oubliés' », le symposium réunira des orateurs et invités du secteur public, du secteur privé, de la société civile, des partenaires au développement, des organismes donateurs et des institutions de l'ONU.

Les intervenants auront pour mission d'explorer les principaux moyens de financement des ODD qui retiennent moins d'attention, notamment les ODD 8, 9 et 12 jugés stratégiques pour l'amélioration de la productivité et pour la garantie de l'autosuffisance des pays, avec des effets d'entrainement sur les performances de tous les autres secteurs et les résultats en matière de développement.

Le contexte camerounais

Le Cameroun dispose d'un cadre de développement à long terme baptisé Vision 2035. La Vision, qui avait été approuvée en 2009, a pour objectif de faire du Cameroun un pays émergent, démocratique et uni dans sa diversité. Elle est dotée de nombreuses sous-stratégies, notamment le Document de stratégie pour la croissance et l'emploi pour la période 2010-2020 (DSCE) et son plan directeur d'industrialisation qui peuvent être mis en phase avec les ODD 8, 9 et 12.

Le DSCE a quatre objectifs: porter la croissance à environ 5,5 % en moyenne annuelle dans la période 2010-2020 ; ramener le sous-emploi à moins de 50% ; ramener le taux de pauvreté monétaire à moins de 28,7%; réaliser l'ensemble des OMD (actuellement remplacé par les ODD).

Le plan directeur d'industrialisation du Cameroun à l'horizon 2050, quant à lui, identifie l'agro-industrie, l'énergie et l'économie numérique comme les sanctuaires de l'industrialisation. Il est structuré autour des secteurs ci-après : Forêt/Bois ; Textile/Confection/Cuir ; Hydrocarbures/Pétrochimie/Raffinage ; Mines/Métallurgie/Sidérurgie; Chimie/Pharmacie. Le plan directeur présente explicitement le rôle clé des infrastructures et du financement du développement industriel.

Questions saillantes

Eu égard à la nature complexe de la mobilisation de ressources pour réaliser les cibles du développement durable au Cameroun ainsi que sa Stratégie pour la Croissance et l'emploi et son plan directeur d'industrialisation susmentionnés, les questions clé lors du symposium s'articuleront autour de :

 L'évaluation des progrès réalisés jusqu'ici en termes de cibles des ODD par rapport à la stratégie du Cameroun pour la croissance et l'emploi qui arrive à échéance en 2020 et les leçons à tirer de la situation ;

 L'appréhension des raisons qui sous-tendent le recul de la contribution de l'industrie au PIB du Cameroun, tout comme de nombreux autres pays africains, au cours des dernières décennies ;

 Les voies et moyens permettant de stimuler les partenariats publics-privés pour le financement de l'industrialisation et des infrastructures en vue d'une meilleure productivité ;

 Des strategies permettant d'intensifier les investissements dans l'approvisionnement en énergie ;

 L'expérience difficile des PME pour ce qui est de l'accès à des crédits à long-terme et proposition d'éventuelles stratégies palliatives ;

 La définition de stratégies pour une productivité des secteurs agricole et extractif économe en ressources;

 L'appréhension et le renforcement du rôle des principaux partenaires au développement au Cameroun ;

 L'adoption des modèles de financement innovants présentés dans le Plan d'Action d'Addis-Abeba pour le financement du développement et des modèles spécifiques identifiés en marge de la 34ème session du Comité Intergouvernemental d'Experts, convoqué par la CEA en septembre 2018 à N'Djamena au Tchad.

Les propositions concrètes formulées à l'occasion du symposium serviront de référence complémentaire au Gouvernement, aux agences de l'ONU, au secteur privé et aux autres partenaires au développement dans le cadre de la mise en œuvre des ODD oubliés.

Publié par :

Le Bureau Sous-Régional pour l'Afrique Centrale

Commission Économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA)

BP. 14935 Yaoundé, Cameroun

Tél : (+237) 222504348 / 222504315 / 222504321

Courriel : sroca@uneca.org

Contact média

Abel Akara Ticha - Chargé de communication

Tél : 237 222504348

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.