Cote d'Ivoire: Financement de la lutte contre le Vih - Des populations prêtes à payer des coûts raisonnables pour les soins de santé

27 Octobre 2018

Le ministère de la Santé, en collaboration avec ses partenaires, a organisé un atelier de restitution de l'étude sur la volonté de payer les services Ptme et les kits d'autotest Vih.

Face à la raréfaction des ressources financières et suite à l'offre quasi exclusive de services de protection de la transmission mère-enfant qui grève le budget de l'État, d'une part et pour maîtriser le combat de la prévention pour mieux encadrer le taux de prévalence du Vih, d'autre part, comme bien de pays anglophones dont l'Ouganda, le Malawi et le Kenya, la Côte d'Ivoire, seul pays francophone, a bénéficié d'un projet consacré à la volonté de payer des populations pour l'offre des services Ptme dans le secteur privé et pour les kits d'autotest du Vih.

L'étude réalisée dans les villes d'Abidjan et de Bouaké dont les populations ont un niveau de revenu plus élevé et deux villes qui disposent de plusieurs structures sanitaires privées, avait pour ambition de répondre à des questions précises. Les populations acceptaient de payer leurs soins de santé dans les structures privées et combien comptaient- elles payer ?

Cette étude a permis à la Côte d'Ivoire de se doter de données statistiques et scientifiques fiables qui favoriseront la prise de décisions au niveau politique. Les populations sondées acceptent, dans une fourchette de 69%, de payer les frais additionnels de l'offre de santé et 90% sont disposées à débourser la somme de 1000 F Cfa.

Ces informations majeures disséminées jeudi au cours d'un atelier de restitution des résultats de l'étude sur la volonté de payer des services de la Ptme dans le secteur privé et les kits d'autotest du Vih, seront opératoires une fois le cadre légal défini, les prix de commercialisation des autotest harmonisés, la promotion et la disponibilité desdits autotest adossées à une bonne stratégie pour démocratiser leur utilisation et éviter une chaîne d'approvisionnement fragmentée. Car, ce sont des mesures qui aideront la Côte d'Ivoire à améliorer son score pour le premier des trois 90 qui plafonne, selon Sifya, à 37%.

L'Usaid et l'Egpaf qui ont apporté le soutien financier et technique au ministère de la Santé et de l'Hygiène publique dans la réalisation de ladite étude avec un pool de consultants sont persuadés que la Côte d'Ivoire peut, si les résultats de cette étude sont exploitées au mieux, se rapprocher de son ambition, réaliser les objectifs 90 90 90 en 2020, comme promis lors de la grande conférence africaine pour la lutte contre le Sida, Icasa en décembre 2017. Puis elle pourra rester dans le wagon avec les autres pays du monde et notamment africains pour bouter le Sida hors de la vie des populations en 2030.

Cette ambition a été jugée réalisable par le directeur de l'informatique et de l'information sanitaire, Sanogo Adama représentant le Pr Dagna Simplice, directeur général de la Santé. Après avoir souligné la contribution inestimable des partenaires du système de santé de la Côte d'Ivoire, il a dit sa foi en l'avenir car la solidarité des bailleurs de fonds avec les populations et leur collaboration intelligente avec le gouvernement soulageront non seulement les populations infectées ou affectées par le Vih, mais la Côte d'Ivoire sans nul doute sera débarrassée de cette pandémie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.