Ethiopie: Présidentielle - Sahle-Work Zewde devient la premiere femme présidente

27 Octobre 2018

Depuis avant-hier, jeudi 26 octobre, l'Ethiopie est dirigée par une femme du nom de Sahle-Work Zewde. Elle a été désignée à l'unanimité par les parlementaires de son pays. Sahle-Work Zewde était jusque-là la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, auprès de l'Union africaine (UA).

Sahle-Work Zewde est la toute nouvelle présidente de l'Ethiopie. Les parlementaires l'ont désignée à l'unanimité avant-hier, jeudi 25 octobre en remplacement du président démissionnaire Mulatu Teshome. Sahle-Work Zewde devient ainsi la première femme présidente dans l'histoire de son pays.

La diplomate de carrière devient la quatrième cheffe de l'Etat en Ethiopie, depuis l'adoption de la Constitution de 1995. Ce texte prévoit qu'un président peut être élu pour un maximum de deux mandats de six ans. Sahle-Work Zewde était jusque-là la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, auprès de l'Union africaine (UA). Auparavant, elle avait été ambassadrice en France, à Djibouti, au Sénégal, et la représentante permanente de l'Ethiopie auprès de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), le bloc régional est-africain.

Avant de désigner la sexagénaire, les deux chambres du Parlement ont entériné la démission du président Mulatu Teshome, qui occupait cette fonction depuis 2013. Aucune explication n'a été fournie pour cette démission, mais les observateurs estiment qu'elle résulte de négociations en cours entre les quatre partis formant la coalition au pouvoir, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF). Le président d'Ethiopie est officiellement le chef de l'Etat, mais ses responsabilités sont essentiellement symboliques et honorifiques. L'essentiel du pouvoir est aux mains du Premier ministre qui représente notamment le pays dans les grands sommets internationaux.

En avril, l'EPRDF a choisi Abiy Ahmed comme nouveau Premier ministre, pour la première fois issu du plus grand groupe ethnique du pays, les Oromo. Abiy Ahmed a depuis entrepris un vaste programme de réformes, incluant la libération de dissidents, une ouverture de l'espace démocratique ainsi que la paix avec l'Erythrée voisine. Il a récemment nommé un nouveau gouvernement, dans lequel la moitié des postes sont occupés par des femmes. Mulatu Teshome, également issue de l'ethnie oromo, a démissionné un an avant la fin de son mandat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.