Ethiopie: HRW dénonce l'envoi de centaines de jeunes en camps de réhabilitation

Photo: Aps
Une vue de la capitale éthiopienne Addis Abéba

Voilà qui colle mal à l'esprit d'ouverture impulsé par le Premier ministre Abiy Ahmed. Début septembre la police a procédé à l'arrestation arbitraire de 3 000 personnes à Addis-Abeba, alors que la ville était secouée par des violences qui ont fait une vingtaine de morts.

Un tiers d'entre elles ont été envoyées dans des camps militaires pour ce qui ressemble à du bourrage de crâne, avant d'être libérées quelques semaines plus tard. Les explications de Felix Horne, chercheur pour Human Rights Watch qui a enquêté sur le sujet.

Ces camps de redressement sont essentiellement des camps militaires. Les gens sont emmenés là-bas, puis ils sont endoctrinés. Ils apprennent la Constitution, l'importance de l'Etat de droit... On leur demande aussi souvent de faire des exercices physiques. Puis ils sont libérés. Ils ne sont inculpés de rien.

La police est allée dans des endroits où l'on fume la chicha, dans des bars... et ils ont juste arrêté toute personne vaguement jeune, surtout des hommes. Le porte-parole de la police a justifié les arrestations par la montée de la criminalité dans la capitale.

Mais c'est faux, ils ont juste visé une certaine catégorie d'âge, c'est très préoccupant. C'est quelque chose qui arrivait régulièrement dans l'histoire récente de l'Ethiopie, mais c'est très contradictoire avec les réformes menées au cours des six derniers mois. Donc c'est inquiétant que ce procédé d'envoyer des jeunes en camp de redressement se poursuive.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.