Cameroun: Tribunal de Première instance de Yaoundé - Dr NKE Fridolin récuse le juge BIAS !

28 Octobre 2018

Fame Ndongo, Aurelien Sosso, Alamine Ousmane Mey, Ayissi Lucien, AbaneEngolo et Cie mordent la poussière

Coup de théâtre au Tribunal de Première instance de Yaoundé lundi dernier dans l'affaire NKE Fridolin C/Fame Ndongo, Aurelien Sosso, Alamine Ousmane Mey, Ayissi Lucien, AbaneEngolo et Cie. Dr NKE Fridolin a instruit ses avocats de récuser le juge Albert BIAS, Président du tribunal de céans. L'enseignant de l'université de Yaoundé I estime que le tribunal est partiel et exige la désignation d'autres juges.

REACTION DU DR NKE

Contacté par le reporter de Camer.be, Dr NKE Fridolin déclare : « Depuis le début du procès, le parquet, qui, en principe,doit aider les plaignants dans un procès, a plutôt dressé plusieurs obstacles sur notre chemin, notamment dans les procédures d'identification formelle des prévenus. D'un autre côté, le Président refuse de nous accorder l'ouverture des débats en attendantla fin des procédures d'identification. Nous sommes fondés à subodorer l'existence de quelques manœuvres sordides et des complicités internes au tribunal avec ces personnalités pour ne pas faire avancer l'enquête. Or, il reste constant qu'ils ont fait obstruction à une décision de la Cour suprême et doivent en assumer entièrement les conséquences.

Nous avons donc estimé que le tribunal n'est pas impartial et avons récusé le juge Albert BIAS qui le préside. Je rappelle toutefois que cette affaire se poursuit au pénal à cause de l'arrogance et du mépris des autorités rectorales et ministérielles envers l'accusation. Par méchanceté, ils m'ont causé un préjudice irréparable. Malgré tout, j'ai entrepris denégocier avec eux. Le Chef supérieur des Eton est allé les voir, RIEN. Le ministre Joseph Dion Guteest parti, RIEN. Un ministre, ancien Directeur général de l'ENAM originaire de la Lékié et plusieurs autres personnalités de l'État ont également fait le déplacement pour une résolution définitive de ce différend, RIEN. J'ai sollicité l'arbitrage de certains hauts magistrats, Rien. J'ai discuté avec l'Inspecteur général des services, les Directeurs du MINESUP, Dr Jean-Paul Mbia, Chef de la Cellule de communication du ministère; le Secrétaire général du MINESUP m'a reçu pendant longtemps, RIEN.Le MINESUP et mon Recteur sont sourds, aphones. Au lieu qu'ils signent un bête papier que je leur demande, ils choisissent de poursuivre le bras de fer avec la Cour suprême.

Ils vont au Conseil d'administration et ils sollicitent la permission de me chasser de l'Université de Yaoundé I. Parce que je défends mes droits, on me menace ! Voilà les personnes qui disent qu'ils servent le Président Paul Biya. Ils savent ce que je revendique ; ils savent que j'y ai droit. Je ne vais jamais céder à l'intimidation et aux menaces de mort. Vous vous imaginez que l'on vous menace de licenciement et de mort parce que vous demandez que l'on vous signe un papier auquel vous avez droit ? »

Rappelons qu'en droit, la demande de récusation de juges conduit ipso facto à la désignation d'un autre collège de juges.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.