Gabon: Second tour des législatives - L'opposition aux aguets

Photo: © RFI/Carine Frenk
Lors de l’annonce des résultats provisoires au Gabon le 29 octobre. Au milieu, le président du Centre gabonais des élections, Moïse Bibalou Koumba.

Les Gabonais étaient appelés aux urnes ce 27 octobre pour le second tour des élections législatives : 59 sièges de députés étaient à pourvoir. L'Assemblée nationale gabonaise en compte 143.

Quelle que soit l'issue de ce deuxième tour, le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir est assuré de conserver le contrôle de l'Assemblée et même du gouvernement. Reste à savoir quelle sera la représentation de l'opposition.

Les Gabonais ont voté dans le calme un peu partout dans le pays ce 27 octobre pour les législatives, selon plusieurs sources. Dans la capitale Libreville, l'incident majeur à signaler est l'interpellation du vice-président du Centre gabonais des élections dans le deuxième arrondissement de la ville.

L'opposant Marcel Djabio a été interpellé alors que des militants de l'opposition lui faisaient constater une prétendue distribution d'argent par des proches du pouvoir. Il a été libéré à 22h. Plusieurs bureaux de vote étaient sécurisés par des militaires à la place des policiers, a-t-on constaté à Libreville.

Représentation de l'opposition

Le principal enjeu de ce second tour est de connaître le nombre de députés que l'opposition enverra à l'Assemblée nationale.

Le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir, qui avait raflé la majorité absolue dès le premier tour, a mis en marche son rouleau compresseur pour écraser les opposants restés en course. Quatre opposants seulement ont été élus dès le premier tour contre 80 pour la majorité.

Plusieurs candidats de l'opposition ont signalé des irrégularités. Il faudra cependant dépenser 250 000 francs CFA (380 euros) pour déposer un recours à la Cour constitutionnelle, selon une nouvelle loi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.