29 Octobre 2018

Afrique: « Nani » - Une légende malienne s'en est allée

Il en est souvent ainsi quand un ancien disparaît. "Ah, si vous l'aviez connu comme nous qui étions des gamins et qui le voyaient sur le terrain faire des trucs comme personne aujourd'hui. C'était une autre époque. Mais quel bonheur, il nous procurait".

Ceux qui viennent de voir Idrissa Touré, pardon "Nani" Touré quitter ce monde, en parlent avec une infinie pudeur, une larme au coin de l'oeil. "Vous ne pouvez pas savoir ce que cet ailier était capable de faire le long de sa ligne de touche. Nani était un enchanteur. Il faisait des gestes incroyables. Ne cherchez pas il n'a pas son équivalent aujourd'hui". Les années poussent parfois à une certaine forme d'excès. La grande différence c'est qu'il y a cinquante/soixante ans, celui qui était sur le terrain, on n'ose pas dire pelouse, était là pour se faire plaisir et par ricochet pour faire plaisir aux spectateurs.

Nani Touré avait 80 ans. La maladie l'a emporté. C'était aux dires de ceux qui l'avaient suivi, à l'instar de l'ancien défenseur Mamadou Coulibaly, "un attaquant irremplaçable", parmi les tout meilleurs que le Mali ait jamais enfanté. Depuis sa première licence au Racing Club de Bamako en 1957, il avait promis de consacrer sa vie au football, une carrière d'entraîneur succédant à celle de joueur.

Six coupes du Mali, plusieurs titres de champions de la Ligue de Bamako et d'Inter Ligues du Mali. Il a surtout marqué les deux premières éditions de la Coupe d'Afrique des clubs champions. D'abord avec le Stade Malien en 1965, contre l'Oryx de Douala, ensuite avec l'AS Réal en 1966 contre le Stade d'Abidjan. Deux échecs, la seconde fois aux côtés de son cadet, Salif Keita "Domingo".

La campagne des premiers Jeux africains à Brazzaville en 1965 où il avait décroché avec ses coéquipiers l'argent, restait l'un de ses grands souvenirs. A l'époque, il avait pu établir une grande complémentarité avec des noms comme Karounga Keïta avec lequel il répondait au sobriquet "Assoce" pour dire "associé" ou Abdoulaye Diawara "Blocus". Il aura évolué sur les terrains avec l'équipe du Mali jusqu'en 1973 et une année de plus sous le maillot de l'AS Real.

Il arbora ensuite la tenue d'entraîneur. Il conduisit les Aigles du Mali jusqu'en demi-finale de la Coupe Amical Cabral en 1983 à Nouakchott. Il fut encore à la tête de l'équipe des moins de 20 ans finaliste du championnat d'Afrique en 1989 avant de la diriger à la phase finale de la Coupe du monde de la catégorie.

Pour enjoliver davantage encore la légende, il engendra plusieurs générations de petits Touré, certains sélectionnés parmi les "Aigles". La vie est un éternel recommencement.

Nani Touré appartenait à cette catégorie d'hommes ayant eu toute leur vie le football dans le sang.

Respect Monsieur !

Afrique

La PF, un "facteur essentiel" de capture du dividente démographique (BM)

La vice-présidente en charge du développement humain au sein de la Banque mondiale, Annette Dixon, a… Plus »

Copyright © 2018 Confederation of African Football. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.