Sénégal: Les opérations de déminage bientôt relancées en Casamance

Une réunion sur le sujet se tient ce mardi à Dakar. Les mines antipersonnel ont été posées par l'armée sénégalaise comme par le Front pour l'indépendance de la Casamance, le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) jusqu'en 1999, date de la signature de la convention anti-mines. Le conflit n'est pas terminé et les bombes ont fait plus d'un millier de victimes. Aujourd'hui, un tiers de la région n'est toujours pas déminé.

L'Etat du Sénégal s'est engagé : il devra débarrasser les terres de toutes les mines d'ici 2021. Pour atteindre cet objectif, sans cesse repoussé depuis 1999, il faut des moyens et une volonté politique. « Notre objectif, c'est de dépolluer, c'est surtout de remettre à ces populations ces terres pour leur permettre de reprendre une activité économique qui est essentielle pour eux et pour le développement de la Casamance », explique Catherine Gillet, directrice régionale d'Handicap International.

D'après plusieurs participants, le déminage n'a pas eu lieu car il est impossible dans certaines régions. Les restes du MFDC, les rebelles indépendantistes de Casamance, entravent les opérations.

Le manque de sécurité serait donc la raison de l'arrêt du déminage. C'est l'avis d'Isidor Marcel Sene, conseiller au gouvernement sénégalais, spécialiste du désarmement : « On est dans une période de ni guerre, ni paix. Pour avoir accès à certaines zones, il faut rétablir la sécurité. Et cela passe par l'implication de tout un chacun. Je pense qu'il y va de l'intérêt de tout le monde, des populations locales car c'est les populations qui en souffrent davantage quoi qu'on dise. »

Relancer le programme nécessite près de quatre milliards de francs CFA. Seuls 200 millions ont été trouvés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.