Seychelles: Les Seychelles lancent une obligation de 15 millions de dollars pour soutenir des projets d'économie bleue

Les Seychelles ont lancé lundi la première obligation bleue souveraine au monde, un instrument financier conçu pour soutenir des projets durables en matière de protection de la mer et de la pêche, a indiqué un communiqué de la Banque mondiale.

L'obligation bleue, d'une valeur de 15 millions de dollars sur une durée de 10 ans et bénéficiant des garanties de la Banque mondiale et du Fonds pour l'environnement mondial, doit soutenir la transition des Seychelles vers une pêche durable.

Les Seychelles, l'une des zones les plus importante de biodiversité au monde, avec une zone économique exclusive de 1,4 million de kilomètres carrés, concilient la nécessité de se développer économiquement et de protéger son patrimoine naturel.

S'exprimant lors du lancement du titre à la conférence "Our Ocean" à Bali, en Indonésie, le vice-président Vincent Meriton a déclaré que les Seychelles étaient honorées d'être le premier pays à avoir lancé un tel instrument financier.

"L'obligation bleue, qui fait partie d'une initiative combinant les investissements publics et privés pour mobiliser des ressources afin de responsabiliser les communautés et les entreprises locales, aidera grandement les Seychelles à réaliser la transition vers une pêche durable et à préserver nos océans tout en développant durablement notre économie bleue, ajouta M. Meriton.

Les obligations sont des instruments financiers permettant de mobiliser des capitaux publics et privés pour des activités spécifiques pouvant générer un retour sur investissement. Les obligations bleues financent souvent le développement de pêcheries durables.

Le produit de cette obligation servira à soutenir l'expansion des aires marines protégées, l'amélioration de la gouvernance des pêcheries prioritaires et le développement de l'économie bleue des Seychelles. Des subventions et des prêts seront également fournis par le biais du Blue Grants Fund et du Blue Investment Fund, gérés par le SeyCCAT (Fonds pour la conservation et l'adaptation au changement climatique) et par la Banque de développement des Seychelles.

Les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, ont été aidées par la Banque mondiale à élaborer l'obligation bleue en prenant contact avec les trois investisseurs - Calvert Impact Capital, Nuveen et Prudential.

L'obligation bleue des Seychelles est partiellement garantie par une caution de 5 millions de dollars de la Banque mondiale et soutenue par un prêt concessionnel de 5 millions de dollars du Fonds pour l'environnement mondial, qui couvrira en partie les paiements d'intérêts de celui ce dernier.

Laura Tuck, vice-présidente du développement durable à la Banque mondiale, a déclaré: «La Banque mondiale est ravie de participer au lancement de cette obligation bleue souveraine et pense qu'elle peut servir de modèle pour d'autres petits États insulaires en développement et aux pays côtiers. C'est un signe fort que les investisseurs sont de plus en plus intéressés à soutenir la gestion et le développement durables de nos océans pour les générations à venir. "

M. Naoko Ishii, directeur général et président du Fonds pour l'environnement mondial, a déclaré: «L'obligation bleu des Seychelles marque une étape importante dans notre soutien de longue date à la conservation des océans et le FEM est fier d'investir dans le développement des économies bleues nationales qui protègent le riche écosystème marin tout en soutenant la croissance économique, l'amélioration des moyens de subsistance et la création d'emplois ».

Le produit de cette obligation contribuera également au programme sur la gouvernance des pêches et la croissance partagée de la Banque mondiale pour le sud-ouest de l'océan Indien, qui aide les pays de la région à gérer durablement leurs ressources halieutiques et à accroître les avantages économiques de leurs secteurs de la pêche.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.