Burkina Faso: Police nationale - Un nouveau syndicat voit le jour à Ouagadougou

30 Octobre 2018

Ce nouveau syndicat selon ses créateurs, est né de la situation qui prévaut au sein de la police nationale. Le premier motif donné par les responsables de l'APN est la mise en place du nouveau bureau du syndicat Union police nationale (Unapol) dans une «confusion totale» et qui ne ferait pas l'unanimité au sein du corps.

L'APN dénonce également «l'immixtion» de l'administration dans la gestion du seul cadre de concertation des policiers qu'est l'Unapol ainsi que sa prise en otage.

«Nous sommes unanimes que l'Unapol a engrangé beaucoup d'acquis pour les policiers. Mais, il est fort regrettable de voir qu'au renouvellement du bureau, il y a eu immixtion pour détourner les policiers. Nous ne pouvions pas rester les bras croisés face à cette situation.

Il s'agit pour nous de trouver une autre structure pour canaliser les policiers dans leur lutte. Parce qu'ils ne savaient même plus où s'orienter», se justifie Yitouro Somé, secrétaire général de l'APN.

Les conférenciers affirment que l'actuel bureau de l'Unapol n'est pas accepté par l'unanimité des policiers. Bien que ce soit les assistants de police qui en soient membres actuellement, l'APN dit être ouvert à tout le corps.

Le manque criard de matériel adéquat et inadapté qui occasionne de lourdes pertes en vies humaines dans les rangs des policiers; les affectations «arbitraires» et vindicatives, par affinité et de complaisance, les promesses non tenues, sont entre autres griefs que l'APN a contre le ministre de la Sécurité et le Directeur général de la police nationale.

«Le rêve de l'ensemble des policiers d'un changement positif et d'une unité entre tous les policiers s'est transformé en cauchemar, avec l'aggravation des vieilles pratiques non catholiques telles que la division, le pillage continuel des frais de mission des éléments, le manque de transparence dans la gestion du service payé, des affections qui ne suivent aucune règle en matière de gestion du personnel etc.

Nous disons non à ces pratiques dignes d'une autre époque», s'indigne M. Somé. Par conséquent, l'APN met en garde le DG de la police nationale contre toute tentative d'ingérence et de déstabilisation de ce nouveau syndicat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.