Tunisie: L'hypothèse «daechiste» n'est pas écartée

Photo: La Presse
Militaires tunisiens
30 Octobre 2018

Certes aussi, les impressions des témoins oculaires sont prises pour improductives par les enquêteurs, étant floues et vagues. Certes encore, des renforts policiers ont été acheminés et un suivi de tous les instants a été ordonné par le ministre de l'Intérieur en personne.

Bref, tout a été fait, en l'espace de seulement quelques minutes après le drame, pour essayer de comprendre ce qui s'est passé. Hélas, en est encore, au moment de la rédaction de cet article, dans l'expectative, en ignorant complètement de quel bois chauffait l'auteur de l'attentat. Ce qui est encore plus énigmatique, c'est que les enquêteurs ne sont pas parvenus à dénicher le moindre indice sur la mobile qui l'a poussée à commettre cet acte lâche. De surcroît, il n'est pas définitivement établi si la triste héroïne a utilisé une ceinture explosive, ou une bombe artisanale, ou une autre matière à explosion. Mystère aussi sur ses réelles intentions : voulait-elle perpétrer son attentat au cœur même du Palmarium, pour faire plus de dégâts, comme le laissent entendre certaines informations ? Pourquoi s'est-elle «contentée» de la façade du Théâtre municipal ? Aurait-elle un ou des complices pour la couvrir ?

L'empreinte de Daech ?

Au-delà de ces supputations et en attendant les premières révélations qui tardent -- et c'est normal -- de surgir de la grande citadelle du ministère de l'Intérieur où le branle-bas était hier enfin d'après-midi à son comble, en prévision de la conférence de presse d'usage, il est bon de signaler qu'une certaine unanimité s'est dégagée, dans les milieux policiers, autour du caractère terroriste de l'attentat. Plus encore, et selon des sources proches de l'enquête, l'hypothèse de l'empreinte de Daech n'est pas du tout écartée. Elle est même d'ores et déjà soutenue par beaucoup d'enquêteurs, particulièrement ceux de la BAT (Brigade antiterroriste) de la Garde nationale passée, par son expérience et son professionnalisme, pour être la bête noire des terroristes. Pour eux, il n'y a pas photo : l'attentat d'hier est l'œuvre de l'EI à la «lumière» de son modus operandi.

Et c'est vrai, dans la mesure où cette organisation cynique, contrairement à ce que pensent certains, a conservé, faut-il le dire courageusement, des points d'appui en Tunisie, par cellules dormantes interposées. Des cellules, malheureusement, loin d'être encore démantelées, en dépit des revers qu'elles avaient essuyés tout au long de ces trois dernières années.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.