Madagascar: Rapport de l'OMS - Antananarivo, parmi les villes les plus polluées au monde

Photo: CC/Pixabay/sharonang
La ville du Cap, en Afrique du Sud.

Le premier sommet mondial sur la pollution de l'air et la santé organisé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui se tient depuis hier jusqu'à ce jour a Genève fait état de constats alarmants sur la pollution de l'air, à l'échelle planétaire. Des constats qui ont, entre autres, rebondi sur le fait qu'Antananarivo fait partie des villes les plus polluées au monde.

La pollution de l'air à Antananarivo se chiffre à 60 μg/m3, ou 60 microgrammes par m3. Ce qui fait que le taux de pollution atmosphérique sur Tanà est trois fois plus supérieur au seuil tolérable fixé par l'OMS qui est de 20 μg/m3.

Cette pollution qui sévit dans la Ville des Mille place la capitale malgache juste devant la mégalopole de Shenzhen en République populaire de Chine, 15e mégalopole (de plus de 14 millions d'habitants) parmi les plus polluées au monde avec 61 microgrammes par m3.

Pire encore, à Antananarivo, cette pollution atmosphérique peut atteindre un pic de 360 μg/m3 dans la journée. Un chiffre hallucinant qui devance largement la moyenne annuelle de New Delhi, la ville la plus polluée du monde, avec 229 μg/m3 ! Des chiffres alarmants qui ont conscientisé certains leaders politiques et surtout l'OMS sur l'urgence de trouver des solutions et des mesures à prendre pour lutter contre la pollution atmosphérique dont les conséquences sont transversales et désastreuses.

Une prise de conscience qui a abouti à l'organisation de ce premier sommet mondial sur la pollution de l'air et la santé, dans la capitale suisse. Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en s'adressant hier à des collaborateurs de « Climate Tracker » (une fondation qui œuvre dans lutte contre le changement climatique en réalisant des campagnes médiatiques donnant l'opportunité à de jeunes journalistes d'influencer les politiques, pratiques et négociations climatiques dans leur pays) : « Nous sommes ici pour discuter autant des causes et des conséquences de ce problème mondial de santé publique- ( 7.000.000 de personnes meurent chaque année à cause de la pollution atmosphérique)- que des solutions possibles et des mesures à prendre pour la « neutraliser au plus vite ".

Causes et conséquences. Cette pollution atmosphérique trop élevée à Antananarivo puise son origine dans de nombreux facteurs contingents, mais les trois plus importants, retenus notamment par des experts nationaux et internationaux sont le problème récurrent de la recrudescence des feux de brousse qui provoque des émissions et de l'intoxication au carbone, l'intoxication au plomb qui est notamment d'origine industrielle et enfin le nombre « astronomique » de voitures constamment embouteillées dans des trafics monstres, avec la pollution directe que provoque leur échappement.

Par ailleurs, cette pollution atmosphérique est décuplée par le réchauffement climatique, effet direct du changement climatique, par lequel Madagascar est concerné à cause de la dégradation à grande vitesse de son environnement pourtant unique au monde (déforestation, disparition progressive des mangroves, etc.).

Si ces causes de la pollution de l'air à Antananarivo sont banalisées dans la pratique comme dans la représentation collective, ou encore au niveau politique ; ses conséquences tout aussi graves, sont malheureusement sous-estimées. A Antananarivo comme dans les villes frappées par la pollution de l'air, les enfants sont les premières victimes.

A Madagascar, 11% des enfants des moins de 5 ans sont victimes d'infections respiratoires aiguës (IRA) comme la pneumonie. Lors du premier jour du Sommet mondial sur la pollution de l'air et la santé à Genève, l'OMS a relancé une étude qu'elle a faite sur le sujet et qui annonce que 600 000 d'enfants meurent prématurément chaque année à cause de la pollution atmosphérique.

Les personnes âgées sont également concernées avec une nette corrélation des accidents vasculaires cérébraux, l'hypertension artérielle et la pollution atmosphérique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.