Madagascar: Elections - Le collectif des 25 candidats ne baisse pas les bras

Dernière ligne droite de la campagne électorale à Madagascar avant l'élection présidentielle du 7 novembre. Alors que les favoris du scrutin continuent leur tournée dans tout le pays, le collectif des 25 candidats qui demandent une réouverture de la liste électorale et le report de l'élection présidentielle a tenu un rassemblement dans la capitale à Antananarivo, mardi 30 octobre, pour informer la population des irrégularités qu'ils indiquent avoir constatées sur cette liste. Un rassemblement peu suivi.

Dans le quartier de Mahamasina, en plein centre de la capitale, ils sont environ 200 à être venus écouter les arguments du collectif des 25 candidats.

Sur la scène, musiques et discours se succèdent. Dans l'auditoire, Colombe : « Je suis venue ici parce que je ne suis pas du tout pour l'élection du 7 novembre. Parmi les 25 candidats, il y a des personnes qui savent bien la loi. Moi, je crois bien qu'ils ont raison. »

Ces candidats avaient donné jusqu'à lundi au président de la République par intérim, Rivo Rakotovao, et à la Haute Cour constitutionnelle pour obtenir une réponse concernant leur demande de révision de la liste électorale.

Faute de réactions, ils ont décidé de lancer ce qu'ils appellent « une campagne de sensibilisation » pour informer les Malgaches des défaillances qu'ils indiquent avoir trouvées.

« Pression des bailleurs de fonds »

Haingo Rasolofonjoa fait partie de ce collectif de candidats : « Il y a énormément de gens aujourd'hui qui ne sont pas sur la liste. Egalement des électeurs fictifs. Soit on décide de mettre en place la vraie liste électorale, et ça implique justement des nettoyages qui entraineront certainement un décalage.

Je sais qu'il y a une pression énorme des bailleurs de fonds qui ont payé l'argent pour organiser les élections. Et aujourd'hui, ce n'est plus le Malgache qui doit choisir, c'est la communauté internationale qui a dit "nous avons financé", et ça je trouve que c'est une ingérence directe ou indirecte. » Les 25 candidats ont prévu de se rassembler à nouveau ce mercredi matin.

Ce climat n'est pas sans inquiéter Transparency International. Pour Ketakandriana Rafitoson, directrice de Transparency International sur la Grande île, qui participe ces jours-ci au Sommet mondial des défenseurs des droits humains à Paris, tous les ingrédients d'une crise sont présents.

Si l'on veut éviter les malversations, il ne reste plus qu'un moyen: couvrir l'ensemble des bureaux de vote par des observateurs citoyens bénévoles. S'ils n'ont pas informatisé à 100% le système, c'est pour mieux manipuler les choses. C'est un appel qu'on lance : par pitié, épargnez-nous une nouvelle crise.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.