31 Octobre 2018

Tunisie: L'image attractive de la Tunisie

Au sommet de Berlin, la Tunisie et son Président sous les projecteurs ? Certainement, les tergiversations et soubresauts politiques dans notre pays continueront d'alimenter les discussions, l'expérience du consensus, tout comme sa rupture.

L'Islam politique aussi, à l'aune des accusations très sérieuses lancées récemment contre Ennahdha, les doutes de plus en plus entretenus sur la capacité réelle ou supposée du parti Islamiste de se transformer en parti civil. Autant de questions légitimes qui vont venir se greffer sur l'attentat terroriste perpétré à Tunis, à un moment où le pays se démène dans des difficultés politiques et économiques très sérieuses et n'arrive pas à sortir de l'ornière. Des difficultés qui participent de la complication de la situation générale dans le pays et qui sont les meilleurs alliés pour la résurgence du phénomène terroriste, voire sa prolifération. La présence en Allemagne du président de la République a, à cet égard, constitué une occasion appropriée pour lui permettre de rappeler que la Tunisie a toujours besoin du soutien multiforme de ses amis et partenaires pour réussir sa transition démocratique et éradiquer le terrorisme.

Présence éminemment politique, actualité brûlante oblige, mais c'est également sur le front de la diplomatie économique que l'on attendait le président Caïd Essebsi. Le Sommet de Berlin, une main tendue du G20 à l'Afrique en termes de partenariat économique et d'investissement, est en effet pour la Tunisie, qui est partenaire du Pacte avec l'Afrique, une occasion renouvelée pour défendre les atouts du site tunisien d'investissement et attirer plus les investisseurs privés. Relayant le puissant témoignage du premier responsable de Leoni Tunisie, le président Caïd Essebsi n'a pas manqué de souligner la solidité des relations économiques tuniso-allemandes et d'appeler à investir davantage en Tunisie et à accorder toute l'importance à l'investissement dans le capital humain, les jeunes et les programmes de formation professionnelle. Il a tout particulièrement tenu à souligner qu'en dépit des vicissitudes, aucune grande entreprise étrangère n'a quitté la Tunisie depuis la révolution, et qu'au plus fort de la révolution des entreprises comme Leoni Tunisie ont continué à acheminer leurs produits vers les marchés extérieurs... . Mais on le sait, dans ce genre de sommet de très haut niveau, le véritable travail se fait dans les coulisses...

Des rencontres au sommet sont au programme avec notamment la Chancelière allemande Angela Merkel, le Chancelier fédéral de la République d'Autriche, Sebastien Kurz, le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, et la directrice générale du FMI, Christine Lagarde. L'occasion pour le président Caïd Essebsi de porter de nouveau très haut les couleurs de la Tunisie, de la jeune et encore fragile démocratie tunisienne. De rappeler sans doute, comme il aime souvent le faire, la célèbre maxime de Saint Thomas d'Aquin : «Il faut un minimum de confort pour pratiquer la vertu». Il s'agit non moins que de refocaliser positivement l'attention sur la Tunisie entreprenante et ouverte au monde et sur le monde, de ressusciter l'intérêt de la sphère de l'investissement et des affaires pour le site tunisien... De la diplomatie économique bien sûr mais surtout des messages politiques forts dont le président de la République a le secret.

Tunisie

Soutien à la recherche scientifique tunisienne

La politique nationale de santé fait face à des défis importants en rapport avec la croissance des… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.