31 Octobre 2018

Afrique Centrale: Douanes d'Afrique centrale et de l'Ouest - Réflexion à Yaoundé

Depuis lundi le plan stratégique triennal 2019-2022 concernant notamment les questions de sécurité, de procédures et de mobilisation des recettes est en cours d'élaboration.

«Il n'y a de douanes que lorsqu'on peut au moins mettre ensemble deux pays qui sont appelés à coopérer à leur frontière commune. Le monde étant devenu un village planétaire, des événements se produisant dans un pays peuvent avoir des répercussions ici et ailleurs». Ce mot introductif Gervais Eric Ndo, chef de division de la coopération et des bases de taxation, plantait le décor de la rencontre des acteurs des administrations douanières des pays de l'Afrique Centrale et de l'Ouest, de l'Organisation mondiale des douanes (OMD) hier à Yaoundé. Pour adresser des actions communes, il était de bon ton que ces derniers se retrouvent afin d'apporter leurs contributions à l'élaboration du plan stratégique triennal 2019-2021. Les acteurs ont notamment planché sur les questions d'insécurité transfrontalière, de procédures et de l'origine. La réunion portait aussi sur le trafic illicite, la mobilisation des ressources humaines et la collecte de recettes, entre autres.

Ouvrant ces travaux, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a indiqué que cette rencontre se déroule dans un contexte économique régional marqué par la conclusion de programmes économiques et financiers entre le Fonds monétaire international (FMI) et de nombreux pays en vue de la stabilisation des finances publiques et la consolidation de la croissance économique. Selon lui, ces programmes exigent de satisfaire à certains engagements tels l'optimisation du recouvrement des recettes douanières. Le Minfi a également insisté sur l'importance de la mise en place de la zone de libre échange continentale africaine (ZLECAF), autre point à l'ordre du jour qui fera appel à des mutations au niveau des douanes.

Pour Ricardo Trevino Chapa, secrétaire général de l'OMD, le monde évolue rapidement, il est question pour les douanes de pouvoir elles aussi s'adapter à ce changement notamment concernant le domaine du management et celui des risques qui doivent changer tous les trois mois. Le directeur général des Douanes, Fongod Edwin Nuvaga a souligné qu'il était important de prendre davantage conscience des priorités établies, non seulement au niveau international, mais surtout au niveau de la sous-région.

Afrique Centrale

Un premier Conseil des ministres sans Ali Bongo

Au Gabon, le premier Conseil des ministres sans Ali Bongo, toujours hospitalisé à Riyad en Arabie… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.