31 Octobre 2018

Ile Maurice: Transport - Au carrefour des changements

Plaques d'immatriculation personnalisées, autobus électriques, cartes de paiement pour les trajets... Autant de nouveautés qui intégreront bientôt le système routier. Explications.

Plaques d'immatriculation personnalisées

Dès cette semaine, les conducteurs pourront choisir les chiffres et lettres pour leurs plaques d'iden- tification de véhicule. Le lancement est confirmé par Koshik Reesaul. «Les conducteurs peuvent choisir deux lettres de l'alphabet, par exemple leurs initiales, puis des chiffres variant de 1 à 1 000. Une réservation doit être effectuée en ligne d'abord. Et ce sera sur le concept du premier arrivé, premier servi», précise-t-il.

Cette application coûte Rs 2 000. Le demandeur dispose de cinq semaines pour la suite du processus.

Il devra alors payer Rs 25 000. Selon le commissaire de la NTA, cette mesure émane de plusieurs requêtes des usagers. «Bon nombre de conducteurs ont importé des véhicules disposant de plaques comportant des détails comme le mois, l'année etc. Ils voulaient avoir la possibilité de changer ces données. Maintenant, ce sera possible», ajoute-t-il.

Cashless payment system

En mars 2016, la première carte pour le paiement du ticket d'autobus (Filao) a été lancée par Rose-Hill Transport (RHT) en partenariat avec Tap To Pay, collaborateur hongkongais. «À ce jour, nous avons vendu 4 000 cartes. Chaque jour, nous avons environ un millier d'utilisateurs récurrents en particulier sur la ligne Rose-Hill-Port-Louis», déclare Ajmal Abdool, Chief Operations Officer de RHT Ventures.

Selon lui, la carte Filao peut être étendue à des micro-paiements de moins de Rs 500, par exemple pour l'achat de provisions ou de journaux. «Nous attendons que le gouvernement propose l'ébauche du roll out plan pour l'industrie», déclare-t-il.

En effet, il est prévu que ce projet pilote soit adopté par d'autres compagnies d'autobus. Où en sommes-nous ? La Compagnie nationale du transport (CNT) affirme participer à des réunions de travail sur ce projet piloté par la NTA. «Ce système permettra d'avoir une meilleure visibilité sur les recettes et éliminera les cas de fraudes sur l'émission des tickets», confie un représentant.

«Un système commun»

Sur l'intégration du cashless payment system, Koshik Reesaul confirme qu'une évaluation suivant un appel d'offres pour recruter un consultant est en cours. Celui-ci devra réaliser une étude de faisabilité du cashless ticketing system. «Nous devons trouver une façon d'intégrer les paiements pour l'autobus et le métro à travers un système commun. Nous sommes toujours en discussion avec le ministère et n'avons encore pris aucune décision.» L'objectif est de répertorier, comptabiliser et contrôler les paiements pour les trajets.

Parkings électroniques

Selon Koshik Reesaul, commissaire de la National Transport Authority (NTA), des discussions ont récemment été entamées à l'interne pour la mise sur pied de parkings électroniques. «Paral- lèlement, la firme Harel Mallac nous a contactés pour proposer une présentation sur les systèmes mondiaux et ce que Maurice peut adapter. Aucun engagement n'a été pris. À la suite de leur présentation, nous devons voir ce qui peut être fait. De toute manière, tout passera par le procurement», indique-t-il.

Mais cette migration vers la technologie prendra du temps, prévient-il. «À l'étranger, on réserve et paie une aire de stationnement de son téléphone portable. Pour un tel service à Maurice, il faut d'abord voir où cela peut être institué. Car à Quatre-Bornes, Vacoas, Rose-Hill, il n'y a plus de parkings payants. À Curepipe, très peu sont encore opérationnels. Il faut analyser l'aspect technique et la viabilité.» La NTA se penche sur les propositions dans ce sens. Le projet d'instituer des aires de stationnement électroniques est une mesure contre la falsification des coupons de parking.

L'autobus électrique

D'ici mars 2019, il y aura de l'électricité dans l'air. RHT lancera le premier autobus électrique. C'est ce qu'affirme le Chief Operations Officer de RHT Ventures. Les autobus proviendront de la Chine. «La capacité sera d'environ 30 à 36 sièges. Pour commencer, nous allons assurer le trajet sur Ébène», déclare notre interlocuteur. À la CNT, un projet pilote est également mis en œuvre dans cette optique. «Un autobus électrique pourvu d'un sustainable solar power charging system sera introduit. Cela, dans le cadre de notre engagement à utiliser les énergies renouvelables tout en réduisant la dépendance aux énergies fossiles», affirme notre source à la CNT.

Les opérations numérisées

Un online passenger information system sera bientôt introduit, indique la CNT. Les usagers auront alors accès aux horaires d'autobus qui circuleront d'abord dans les smart bus shelters. Ensuite, une application mobile sera créée à cet effet. Selon le représentant, les opérations passeront également à l'ère numérique. Enfin, une académie de formation pour les employés sera lancée prochainement.

Ile Maurice

RSF condamne un durcissement de la législation sur les contenus en ligne

Adoptés le 6 novembre dernier, des amendements à la loi sur l'information et les… Plus »

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.