1 Novembre 2018

Burkina Faso: Lutte contre l'insécurité alimentaire - L"'EnGrais" pour une agriculture performante

Le centre international pour le développement des engrais (IFDC) a initié, les 30 et 31 octobre 2018 à Ouagadougou, un atelier régional de validation de la stratégie de développement et de diffusion des paquets d'intrants agricoles.

Le projet régional Feed the future "Stimuler la croissance par les systèmes régionaux d'intrants agricoles" (EnGrais, en anglais) vise à améliorer, sur la période 2018-2023, la productivité agricole durable en Afrique de l'Ouest grâce à l'adoption des technologies en paquet (semences améliorées, engrais minéraux et bonnes pratiques).

Dans le cadre des activités dudit projet, le Centre international pour le développement des engrais (IFDC) a organisé, à cet effet, les 30 et 31 octobre 2018 dans la capitale burkinabè, une rencontre sous régionale de validation de la stratégie de développement et de diffusion des paquets d'intrants agricoles.

Ce conclave a pour ambition, a précisé le représentant au Burkina Faso de l'IFDC, Dr François Lompo, de présenter le projet "Feed the future" aux partenaires et soumettre la proposition de sa stratégie sur le développement et la diffusion de packs d'intrants agricoles.

A l'entendre, l'objectif global assigné audit projet est d'améliorer la productivité agricole et la croissance inclusive des populations ouest-africaines à travers l'accroissement de la disponibilité régionale et l'utilisation d'engrais appropriés et abordables.

En effet, selon le chef de projet adjoint, Sansan Youl, le coût des technologies en paquet (engrais et semences améliorées) est très réduit comparé à celui des différentes composantes prises séparément.

De plus, l'utilisation des intrants modernes, à ses dires, constitue l'un des moyens privilégiés pour stimuler l'augmentation de la productivité des cultures. "C'est pourquoi nous pensons que c'est une approche qu'il faut développer afin de mettre à la disposition des producteurs une technologie efficace", a-t-il estimé.

Mis en œuvre par l'IFDC, le projet "Feed the future EnGrais" est financé par le gouvernement américain, à travers son agence pour le développement international (USAID). De l'avis de la représentante de la mission de l'USAID au Burkina Faso, Saoudata Oumarou, la lutte contre l'insécurité alimentaire au pays des hommes intègres passe nécessairement par l'augmentation des rendements agricoles.

Selon elle, le pays fait face à de nombreux défis parmi lesquels le changement climatique qui a un impact négatif sur les cultures.

Une parfaite complémentarité

L'USAID, foi de Mme Oumarou, s'est donc engagée aux côtés des Burkinabè à apporter des réponses idoines. "Nous avons financé le projet EnGrais dans l'objectif de contribuer au développement de l'agriculture au Burkina Faso et en Afrique subsaharienne", a-t-elle justifié.

Elle a, de ce fait, exhorté les participants à la rencontre à définir une stratégie qui pourra contribuer à la sécurité alimentaire au Burkina Faso. Tout en saluant l'excellence des relations américano-burkinabè, le secrétaire général du ministère de l'Agriculture, et des aménagements hydrauliques, Alassane Guiré a soutenu que le nouveau projet USAID EnGrais à travers son objectif stratégique permettra d'accroître la disponibilité régionale et l'utilisation d'engrais appropriés et accessibles.

Pour lui, ce programme appuiera les institutions et associations ouest-africaines qui jouent un rôle clé dans la chaine d'approvisionnement en engrais et qui peuvent opérer un changement positif et durable dans l'amélioration de l'accès des producteurs aux intrants. "EnGrais apportera un appui à la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), au Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricole (CORAF/WECARD), à la toute nouvelle Association régionale des professionnels de l'engrais (WAFA) et à d'autres organisations compétentes du secteur privé dans la région pour résoudre les problèmes liés au secteur", a indiqué le représentant du ministre en charge de l'agriculture.

Par ailleurs, a-t-il ajouté, les objectifs d'EnGrais sont en parfaite complémentarité avec ceux de la politique agricole du Burkina Faso qui s'est fixé de nombreuses priorités. Il s'agit de la croissance économique soutenue, les aspirations à une meilleure qualité de vie des populations et la réduction de la pauvreté en milieu rural pour les franges les plus vulnérables, les femmes et les jeunes.

Embouchant la même trompette que son prédécesseur à la tribune, il a plaidé pour l'élaboration d'une feuille de route en vue de la diffusion des paquets d'intrants agricoles en Afrique de l'Ouest pour accroître les performances agricoles de la région et celles du Burkina en particulier.

Burkina Faso

Echangeur du Nord de Ouaga - Ce joyau qui aura coûté 70 milliards de F CFA

Les populations des arrondissements 3, 8 et 9 de Ouaga peuvent enfin pousser un ouf de soulagement. En effet,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.