2 Novembre 2018

Afrique: Zone de libre-échange continentale - La Côte d'Ivoire va ratifier l'accord

« Je pense que la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) nous offre un gisement d'opportunités pour nos entreprises, nos populations et une visibilité pour l'avenir de nos jeunes et de nos femmes. Voyez-vous, avoir un marché de 24 millions d'habitants, c'est bien, mais avoir un marché de 1,2 milliard de personnes c'est encore mieux avec en perspective, une classe moyenne de 800 millions de consommateurs ».

C'est par ces mots que le ministre du Commerce, de l'Industrie et de la Promotion des Pme, a exprimé sa satisfaction de voir que 179 députés ont adopté en plénière, le jeudi 31 octobre, à l'Assemblée nationale, le projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier la création de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

La Zlecaf est inscrite dans l'agenda 2063 de l'Union africaine (Ua). Pour cette institution africaine, sa mise en œuvre permettra d'augmenter de près de 60% le niveau de commerce intra-africain d'ici à 2022. Et l'on verra l'accès à un marché de 1,2 milliard de personnes, pour un Pib cumulé de plus de 2500 milliards de dollars, si les 55 États africains signent l'accord.

Même si certains pays ne se sont pas encore prononcés sur le projet, notamment le Nigeria, la Namibie, le Bénin, le Burundi, l'Érythrée, la Sierra Leone, Burundi, d'autres poids lourds (Afrique du Sud, le Maroc, l'Égypte, le Kenya, Algérie), ont approuvé ce programme qui va faciliter les flux de marchandises et de personnes en Afrique.

« Il y a des risques pour des économies qui n'étaient pas précédemment ouvertes. Notre pays a toujours eu une économie ouverte sur l'extérieur, aussi bien au niveau sous-régional qu'international.

Nos chiffres en termes de taux de commerce intra africain, qui est autour de 34% dont 25% pour la Cedeao, est bien éloquent en la matière », a indiqué le ministre Souleymane Diarrassouba qui était accompagné du ministre des Affaires étrangères Marcel Amon Tanoh.

Il voit en cet accord une augmentation du volume des échanges et le chiffre d'affaires des industries ivoiriennes. Voire une augmentation de transformation et de création de richesse.

Cote d'Ivoire

Un rapport de la Banque mondiale favorable aux affaires

La Côte d'Ivoire se réjouit de l'amélioration du climat des affaires constaté par la Banque… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.