Centrafrique: 10 000 personnes réfugiées dans l'hôpital de Batangafo après des violences

En Centrafrique, des affrontements entre groupes armés ont eu lieu mercredi 31 octobre dans le nord à Batangafo. Trois camps de déplacés ont été incendiés, obligeant plus de 10 000 personnes à se réfugier à l'hôpital de la ville.

Trois camps de déplacés ont été incendiés, de nombreuses maisons ont également été détruites mercredi à Batangafo, dans le nord de la Centrafrique, à la veille de l'arrivée du ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian. En cause : des affrontements de groupes armés.

« Plus de 10 000 personnes » se sont réfugiées dans les enceintes de l'hôpital de la ville, selon Médecins sans frontières qui soutient l'établissement. L'organisation dit avoir pris en charge une vingtaine de blessés. « Dix ont été opérés d'urgence, les autres étaient moins gravement blessés et deux personnes sont mortes des suites de leurs brûlures », détaille Omar Ahmed, le chef de mission de MSF à Bangui.

#CARcrisis update: violent clashes of Oct. 31 in #Batangafo and #Bambari left 32 wounded.

More than 10,000 people are taking refuge in the compound of the Batangafo hospital that we support. https://t.co/oYpHKL7gGL 1/3 pic.twitter.com/JuxCNZKJgW

MSF International (@MSF) 2 novembre 2018

L'hôpital doit donc gérer à la fois les patients déjà présents dans l'établissement et l'afflux de ces réfugiés qui fuient les violences. « Nous sommes aussi très préoccupés pour les populations qui auraient pu se déplacer en dehors de la ville, et qui se retrouvent sans abri ni nourriture », indique Omar Ahmed.

Selon lui, la situation de Batangafo est « critique ». Il parle d'une « ville fantôme », alors que comme il le rappelle, elle comptait plus de 20 000 déplacés. Si la situation le permet, Médecins sans frontières enverra des renforts la semaine prochaine.

Violences à Bambari

La situation est également compliquée plus au sud à Bambari où les violences se poursuivent. Médecins sans frontières s'est occupé sur place de douze blessés.

Dans ce contexte de tensions, MSF tient à dénoncer tous types de violence contre les populations civiles. L'association appelle toutes les parties concernées à protéger ces populations et à laisser travailler les humanitaires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.