3 Novembre 2018

Tunisie: «Créer des cellules d'écoute pour lutter contre la cyberaddiction»

C'est Naziha Laâbidi, ministre de la Femme, qui vient ainsi d'informer les députés des résultats de cette campagne de sensibilisation aux risques liés aux jeux électroniques qui a touché 6.160 enfants, 580 parents et 58 cadres éducatifs. Selon elle, la campagne a ainsi permis de mener des discussions directes avec les parents et de les sensibiliser à ces risques sur les enfants. Mais ces mesures prises pour faire face aux jeux électroniques dangereux, à l'instar des jeux «Défi de la baleine bleue» et «Mariam», sont-elles suffisantes ?

Nous avons posé la question au Dr Moncef Ouannès, sociologue et président du Centre d'études et de recherches économiques et sociales (Ceres) qui commence par nous dire que l'idée d'une campagne de sensibilisation est tout à fait pertinente et que, pour traiter le phénomène de la cyberaddiction, nous avons besoin d'initiatives qui sensibilisent les parents, les enfants et la société dans son corpus global.

«Nous avons aussi absolument besoin de l'engagement du gouvernement qui a le devoir d'intervenir selon un plan d'action dans les règles de l'art. Ce plan d'action ne doit pas être détaché de l'espace et du temps, mais il doit être élaboré en phase avec une stratégie globale. Une stratégie dont le sens premier est d'anticiper et de prendre l'initiative avant que le phénomène de cyberaddiction ne devienne un fléau rude à maîtriser», ajoute-t-il.

En sociologue, Dr Ouannès insiste particulièrement sur la nécessité de transformer l'implication de la famille en évidence ; là où le père et la mère ont à s'impliquer positivement pour mieux approcher le phénomène du côté de leurs enfants afin de peser réellement sur les dangers de la consommation irraisonnée d'images. «Dans ce diagramme de complémentarité entre tous, les psychologues et les sociologues ont un rôle évident à tous les niveaux.

Nous devons tous nous répartir la tâche autour de l'acteur familial et c'est à partir de là qu'il me semble que des cellules d'écoute permanente devraient être mises en place au plus tôt pour créer un flux traitant», appelle Dr Ouannès qui estime que les médias, toutes spécialités confondues, doivent être aux premières loges dans la stratégie nationale anti-cyberaddiction.

Sensibilisation dans les mosquées

Rappelons que le parlement de l'enfant effectuera prochainement une tournée dans les régions afin de sensibiliser les enfants aux dangers liés aux jeux électroniques et qu'un arrêté sera publié sur l'interdiction de l'utilisation des smartphones par les enfants.

Mais l'initiative la plus inattendue dans la lutte de la Tunisie contre toutes les formes de cyberaddiction vient sans conteste du ministère des Affaires religieuses qui se propose de lancer la sensibilisation des parents aux risques liés aux jeux électroniques et le mauvais usage des smartphones par les enfants lors des prêches dans les mosquées, surtout ceux des vendredis. Tout un symbole qui signifie que les mosquées dont beaucoup avaient accueilli, ces dernières années, les chantres de l'extrémisme, sont en train de revenir finalement à leur vocation première : soutenir le Tunisien dans tout ce qui touche à l'intégrité de sa foi et de sa famille.

Les 4 Must anti-cyberaddiction

-pas de TV pour les moins de 3 ans

-pas de jeux vidéo pour les moins de 6 ans

-pas d'Internet pour les moins de 9 ans

-pas de réseaux sociaux pour les moins de 12 ans.:

Un site pour aider les parents : www.cnipe.tn/controle-parental

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.