5 Novembre 2018

Mali: Une voix montante de l'opposition malienne

Diakité Kadidia Fofana est devenue l'une des figures de la contestation du régime d'Ibrahim Boubacar Keita. Cette proche de Soumaïla Cissé compte jouer sa partition au sein du Front pour la sauvegarde de la démocratie.

Du haut de ses 34 ans, Diakité Kadidia Fofana, surnommée "Winnie Mandela" (grande figure de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud, ndlr) dans le camp de Soumaïla Cissé, chef de file de l'opposition malienne, ne maitrise pas l'art de mâcher ses mots. "Notre combat au sein du FSD, c'est de tout faire pour que la vérité des urnes soit respectée de toutes et de tous. Parce que la démocratie malienne est chèrement acquise. Nous ne pouvons pas accepter que cela soit vilipendé de cette manière", explique Mme Diakité évoquant les objectifs du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) ou de la légitimité du Président IBK.

Jeune et ambitieuse

Pour mener ce combat, cette mère de quatre enfants, directrice adjointe de campagne de l'opposant Soumaïla Cissé lors la présidentielle malienne de 2018, et présidente du collectif des Amazones, une association qui défend les causes des femmes, peut s'appuyer sur des soutiens venant de divers horizons de la société malienne. "Des activistes comme on aime à le dire, des personnalités politiques, des personnalités civiles se sont données la main pour contrer le régime de fait qui est en place, pour contrer le système électoral, le fichier tripatouillé qui a permis au président IBK de se faire nommer comme président de la République",souligne-t-elle.

Journaliste et éducatrice sociale de formation, Diakité Kadidia Fofana est une élue municipale du parti historique l'ADEMA PASJ dans la commune II du district de Bamako. Désormais, c'est aux cotés de Soumaïla Cissé qu'elle affute ses armes en politique en haranguant les foules lors des grands rassemblements de l'opposition malienne. "Nous ne pouvons aspirer au changement en étant de l'autre côté. Il faut être un acteur de la politique, il faut militer dans les partis politiques, il faut oser demander des places qu'elles soient nominatives ou électives. Il faut s'engager ouvertement pour que le changement tant escompté soit une réalité" dit-elle.

Mali

Les enseignants posent des conditions à leur retour à Kidal

Depuis 2014, au Mali, et après une visite mouvementée à Kidal de l'ancien Premier ministre Moussa… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.