5 Novembre 2018

Sénégal: Plan alternatif à la candidature de karim wade au sein du PDS - Jean Paul Dias «tacle» Madické Niang

Le leader du Bloc des centristes Gaïndé (Bcg), Jean-Paul Dias, soutient mordicus que « ceux qui veulent être candidat à la présidentielle de 2019 après le congrès du Parti démocratique sénégalais ont tort».

Se prononçant à l'émission Grand jury sur la crise au sein du Pds depuis la déclaration de la candidature de Me Madické Niang, l'ancien ministre libéral a tenu à affirmer une position ferme sur la question. Non sans recommander à Me Wade de se «rabibocher» avec Macky Sall qu'il pourrait soutenir en février 2019, sous certaines conditions.

Jean-Paul Dias, le leader du Bloc des centristes Gaïndé (Bcg), est formel sur la question d'un plan alternatif à la candidature de Karim Wade au sein du Parti démocratique sénégalais (Pds).

Donnant son point de vue sur la crise qui secoue actuellement le Pds, l'ancien ministre libéral Dias tranche: « Je trouve que ceux qui ont tort, ce sont ceux-là qui veulent être maintenant candidat.

Ils ont tort », a-t-il répété plusieurs fois. Dans la foulée, le patron du Bloc des centristes Gaïndé (Bcg) a rappelé que ces responsables politiques en question (dont Madické Niang même s'il n'a cité personne) ont eu «tort depuis 2012, lorsque Abdoulaye Wade a voulu aller au 3ème mandat. Ils auraient dû lui dire : non, Président, vous n'irez pas, car ce n'est pas acceptable. Mais ils n'ont pas eu ce courage-là ».

Qui plus est, a dit Jean Paul Dias, « ceux qui veulent être candidat devraient refuser la candidature de Karim Wade lorsque le congrès s'est réuni pour choisir le fils de Wade.

Mais, ils ont attendu que tout soit ficelé pour parler d'un soi-disant plan ».Quid des relations tendues entre Me Abdoulaye Wade et son ancien Premier ministre et actuel chef de l'Etat Macky Sall, notamment du fait de l'emprisonnement de son fils Karim Wade, actuellement exilé au Qatar?

A ce niveau, Jean-Paul Dias a invité les dits acteurs à une « négociation » pour enterrer la hache de guerre. Pour autant, le leader de Bcg a proposé à Me Wade de discuter et de négocier même sur le plan judiciaire pour trouver des solutions à ce problème et permettre à sa famille d'aller et venir au Sénégal. « Ce n'est pas bon à cet âge d'avoir ce type de problème dans le cœur », pense-t-il.

Qui plus est, à propos de la présidentielle de 2019 avec le risque d'invalidation de la candidature de Karim Wade, Jean-Paul Dias juge « pas du tout bon pour la démocrate, si le Pds n'a pas de candidat ».

D'ailleurs, pour cette échéance du 24 février prochain, Jean Paul Diaz n'écarte pas un éventuel soutien à Macky Sall.

Celui qui revendique d'avoir été un des principaux acteurs à jouer un rôle important dans l'élection de Macky Sall en 2012, a affirmé que si c'est à refaire, il le refera, malgré sa séparation avec le chef de l'Etat et ses critiques à l'endroit de son gouvernement.

« Si c'est à refaire, je le referais », a répondu M. Dias qui, d'ailleurs, ne rejette pas une éventuelle discussion avec le président Macky Sall pour rectifier les choses dans le but d'acheminer ensemble à nouveau.

Revenant par la même occasion sur les raisons de son divorce avec l'actuel chef de l'Etat, Jean Paul Diaz a fait savoir que c'était un « ensemble de malentendus, une absence de communication, mais pas un problème purement politique ».

Sénégal

Eliminatoires CAN 2019 - Une grande vague d'équipes qualifiées est attendue

La 5ème et avant dernière journée des éliminatoires pour la Coupe d'Afrique des nations 2019… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.