6 Novembre 2018

Gabon: Un embouteillage qui complique la vie des habitants du quartier « Nzeng-Ayong »

Les habitants de Nzeng-Ayong font la tête ce mardi matin. La faute un embouteillage monstre qui perturbe fortement la circulation des véhicules.Ils avancent a pas de tortue. Ceci bouleverse l'emploi du temps de toute une population. L'épineux problème des transports se posent toujours avec acuité au Gabon,surtout à Libreville.Chacun est libre d'imposer son tarif,sans que cela n'interpelle les pouvoirs publics.C'est parfois silence radio et chacun fait à sa guise.

La citation de Renard Argenté, qui dit : « Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt... », ne trouve pas sa place dans les cris que poussent les habitants de Nzeng-Ayong, ce mardi matin, dans les taxis et dans les points d'attente des taxi-bus. Ils se sont levés tôt comme à l'accoutumée pour prendre le taxi, afin d'aller à leur lieu d'occupation habituelle. La grande surprise pour eux, a été de voir les routes et les ruelles fortement embouteillées à une heure (7h00), qui est réputée être la plus fluide pour les taximans et les transporteurs privés en matinée.

Ce matin, les habitants de Nzeng-Ayong ont eu de la peine pour se déplacer. La circulation était plus que lente. L'axe rond-point- ancien feux tricolores était embouteillé comme jamais. Cet axe est habituellement engorgé, en raison de l'étroitesse de la route, du bitume cassé et des travaux interminables du canal du bassin versant qui passe non loin du Lycée Vincent de Paul Nyonda autrement appelé E.P.I. La forte pluie qui s'est abattue ce matin a rendu la chaussée glissante. Les chauffeurs ne pouvaient aller vite sur la route de peur de se retrouver les quatre roues en l'air.

Les populations qui se déplacent en taxi ont été victimes de la roublardise des taximens qui augmentent le prix du transport à tout va, comme nous le fait savoir une étudiante qui peine à trouver un taxi, pour rallier l'université Omar Bongo : « Il est 8h00 du matin. Figurez-vous, que je suis là, au rond-point de Nzeng-Ayong depuis 6h30 du matin. Aucun taximan ne souhaite m'embarquer, parce que la somme que je propose"500Fcfa" serait très faible. Alors que j'ai pour habitude de me déplacer en faisant cette proposition... ». L'épineux problème des transports se posent toujours avec acuité au Gabon,surtout à Libreville.Chacun est libre d'imposer son tarif,sans que cela n'interpelle les pouvoirs publics.

Gabon

RSF dénonce une "inquiétante érosion de la liberté de la presse"

La Haute autorité de la communication (HAC) du Gabon a suspendu un journal pour trois mois et son… Plus »

Copyright © 2018 Gabonews. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.