Cameroun: Les autorités annoncent la libération des 79 collégiens enlevés lundi

Photo: wikipédia
Bamenda ville du nord ouest au Cameroun épicentre de la crise anglophone.

Les 79 collégiens enlevés lundi au Cameroun sont libres, c'est ce qu'annonce ce mercredi matin le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary.

Ils avaient été enlevés, lundi 5 novembre à l'aube, dans l'enceinte de leur établissement presbytérien de Bamenda avec trois encadrants, dont on ignore encore s'ils sont libres eux aussi. Le rapt n'avait pas été revendiqué, mais le gouvernement avait dénoncé les séparatistes anglophones de la région.

Les circonstances de la libération de ces enfants sont encore assez floues. Mais selon le ministre de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji, joint tout à l'heure, les ravisseurs, qui, eux aussi, ne sont pas formellement identifiés ont été contraints de les abandonner à une centaine de kilomètres de Bamenda dans une église, dans la ville de Bafut.

Ils étaient, explique le ministre, dans l'impossibilité de poursuivre leur fuite après un arrêté du gouverneur de la région du nord-ouest interdisant toute circulation entre les différents départements de la région, depuis l'annonce du kidnapping il y a deux jours.

Les ravisseurs coincés

D'après certaines sources gouvernementales, les ravisseurs se sont ainsi retrouvés coincés. Ils n'auraient eu d'autre choix que de foncer dans la nature laissant sur place leurs bien encombrants otages.

Désormais, les enfants sont entre les mains des forces de défense, notamment de la gendarmerie, et sont en train d'être conduits à Bamenda.

Ils sont au nombre de 79. Manque cependant à l'appel deux de leurs encadrants : un enseignant et le principal du collège où ils avaient été enlevés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.