7 Novembre 2018

Afrique: Dakar est désormais "un acteur décisif de la sécurité en Afrique" (Le Drian)

Dakar — L'Ecole nationale de cybersécurité de Dakar et le Forum sur la paix et la sécurité en Afrique confèrent au Sénégal un statut d'acteur décisif de la sécurité" en Afrique, a affirmé mardi Jean Yves Le Drian, ministre français en charge de l'Europe et des Affaires étrangères.

"Par cette Ecole nationale à vocation régionale, le Sénégal devient un acteur décisif de la sécurité du continent avec le forum de Dakar" sur la paix et la sécurité en Afrique", a soutenu le ministre français lors de la cérémonie de pose de la première pierre de cette école.

La France promet de soutenir cette initiative dans le cadre des efforts visant à renforcer les capacités des Etats africains dans ce domaine.

Installée provisoirement dans les locaux de l'Ecole nationale d'administration (ENA) du Sénégal, la nouvelle structure sera logée à terme au sein de la future cité du savoir de Diamniadio, la "nouvelle ville" en construction dans le département de Rufisque et destinée à désengorger Dakar.

"Internet ne peux pas être qu'une zone de non droit qui échappe au contrôle de nos sociétés", a-t-il souligné, notant que le développement de la cybercriminalité, du cyber-terrorisme, ainsi que la protection de données citoyennes "sont devenus en quelques décennies des enjeux majeurs".

Dans ce cadre, la protection du secret et la sécurisation des réseaux dématérialisés "sont désormais indispensables", a insisté Jean-Yves Le Drian, selon qui la nouvelle Ecole nationale de cybersécurité va proposer des formations devant couvrir "les plus grands défis sécuritaires de demain".

"Ce projet aura une vocation internationale dans la mesure où de nombreux pays d'Afrique pourront y envoyer leurs cadres et leurs personnels pour s'y former au sein d'un département spécifique qui s'appellera l'Institut africain de cyber-sécurité", a indiqué M. Le Drian

Il assure que la France "apportera son soutien à ce département qui offrira des formations professionnelles internationales destinées aux décideurs, aux techniciens de cyber-sécurité et permettra aussi de renforcer les capacités des Etats africains à exercer leur souveraineté dans le cyberespaces".

Selon lui, ces formations professionnelles internationales porteront sur la gouvernance du cyberespace, la lutte contre la cybercriminalité, le renseignement numérique et la sécurité informatique.

Son homologue sénégalais Sidiki Kaba note de son côté que cette école à vocation régionale aura pour mission de "sensibiliser" les agents de l'Etat et personnels des secteurs public et privé à la problématique de la cyber-sécurité, en vue d'amener à une "compréhension des risques et des menaces dans ce domaine".

L'Ecole nationale de cybersécurité "permettra en outre de faire face aux attaques en provenance du cyberespace qui revêtent les formes les plus variées et tous les paramètres de la sécurité de l'information", a indiqué Sidiki Kaba.

"La vocation régionale de cet établissement invite au renforcement de la coopération, seul moyen de prévenir et de se prémunir des cyber-attaques par la définition et l'acquisition de la technologie la plus appropriée pour protéger les informations stratégiques et favoriser le partage d'information sur des groupes terroristes", a indiqué Sediki Kaba.

Selon lui, dans cette perspective, "il urge de porter la coopération internationale sur la cybersécurité à l'attention du Conseil de sécurité des Nations unies".

Sénégal

La Fondation BOA va équiper les régions pour le dépistage du cancer du col de l'utérus

La Fondation BOA-SENEGAL va davantage équiper les centres de santé qui sont dans les régions. Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.