7 Novembre 2018

Cameroun: Décentralisation - La vitesse supérieure

Le désir maintes fois exprimé par les Camerounaises et les Camerounais d'être mieux associés à la gestion de leurs affaires locales trouvera une solution durable au cours du septennat 2018-2025, dans le cadre de l'accélération du processus de décentralisation en cours. Le président de la République s'y est engagé hier dans son discours de prestation de serment à l'Assemblé nationale.

Dans les meilleurs délais possibles, des mesures seront prises pour élargir le champ de compétences des collectivités territoriales décentralisées afin de leur donner les moyens d'une plus grande autonomie », a-t-il déclaré. A la vérité, le président Biya n'aura pas attendu son investiture solennelle hier devant le peuple pour réaffirmer et mettre en relief l'importance qu'il accorde à la décentralisation inscrite dans la Loi fondamentale de notre pays.

En témoigne notamment, la création le 2 mars 2018 d'un département ministériel entièrement dédié à la décentralisation et au développement local. Un signe palpable et évident que le chef de l'Etat en fait l'une des préoccupations majeures de son action en faveur d'un développement harmonieux du Cameroun.

Que l'on se souvienne qu'en juillet 2004 déjà, avaient été promulguées les lois applicables aux communes et autres collectivités territoriales décentralisées. Avec pour objectif essentiel de rapprocher considérablement l'administration des administrés, de manière à faciliter à ces derniers l'accès aux services publics et équipements sociaux de base. Particulièrement en termes de routes, d'électrification, de soins de santé, d'hydraulique, etc. Et ce, dans l'optique d'une amélioration constante des conditions de vie des populations.

Dans son discours d'investiture ce 6 novembre 2018 devant la représentation nationale et l'ensemble des corps constitués, le président fraîchement réélu a indiqué que cette option sera renforcée. Il s'agit, pour le chef de l'Etat, d'associer plus étroitement les citoyens à la gestion des affaires locales. Afin de réduire au maximum « frustrations et insatisfactions » qui ont pu laisser sur le bas-côté du développement nombre de nos concitoyens, notamment des jeunes, dont certains se sont tournés vers des actions répréhensibles.

Ce qui les a placés en marge de la loi. La voie prescrite par le président Biya du haut de la tribune de l'Assemblée nationale pour inverser la tendance s'articule autour d'un élargissement du champ de compétences des collectivités locales. Car, il est évident que la lutte pour l'émergence de notre pays passera par une meilleure implication de la base dans les actions de développement. Dans des domaines aussi variés que la santé, l'éducation, la promotion culturelle, la protection du patrimoine...

En ce que les populations, elles identifient mieux que personne leurs besoins prioritaires et sont les plus à même de proposer des solutions appropriées. Il convient de souligner que cette dynamique s'est enclenchée ces dernières années. Ainsi, le volume des ressources financières transférées aux communes est allé croissant. Au point de se chiffrer pour l'exercice en cours à une dizaine de milliards de F pour ce qui est de la Dotation générale de la décentralisation, sans compter les fonds dédiés à l'investissement public. Ici résident les opportunités les plus probantes d'un avenir radieux de la nation dont le président de la République s'est porté solennellement garant.

En s'appuyant, il l'a opportunément rappelé, sur les lois et règlements ainsi que sur l'ensemble du peuple camerounais dont il est l'élu. Soucieux d'un progrès social partagé, le chef de l'Etat, connu et apprécié de ses compatriotes pour sa grande capacité d'écoute à l'endroit de ceux-ci, est pleinement conscient que l'accélération de la décentralisation constitue une attente forte au sein du peuple.

Pas seulement dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Il est certain que son discours d'investiture sur ce point d'importance prépare et annonce des évolutions substantielles relativement à ce secteur de la vie nationale. Paul Biya n'a pas changé : c'est un homme de parole.

Cameroun

Le gouvernement a officiellement accepté la CAN 2021

L'information est donnée ce samedi par Africa 24. Selon nos confrères, le gouvernement camerounais a… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.