Cote d'Ivoire: Grève des agents de santé - Le directeur de cabinet en appelle à la responsabilité de tous

Le Centre hospitalier universitaire de Cocody à Abidjan (photo d'illustration).
7 Novembre 2018

Le Pr Joseph Acka demande que les discussions se tiennent dans un climat de sérénité qui permette de trouver des solutions qui puissent satisfaire toutes les parties.

Point n'est besoin de bander les muscles quand, en face d'eux, les agents du secteur de la santé ont un ministre de tutelle qui est ouvert aux discussions. C'est en cela que peut se résumer la conférence de presse du Pr Joseph Acka, directeur de cabinet du ministre de la Santé et de l'Hygiène publique.

Rencontre qui a eu lieu dans les locaux dudit ministère et faisant suite à l'arrêt de travail de cinq jours décrété par des agents de santé à l'appel de « Coordisanté », depuis le 5 novembre.

Le directeur de cabinet soutient que le préavis de grève des douze syndicats regroupés au sein de la faitière a été déposé le 3 juillet, avant même que le ministre Eugène Aka Aouélé ne prenne fonction le 18 juillet.

Néanmoins, lorsqu'il a été saisi de la question, il a instruit son cabinet à l'effet de rencontrer les responsables de « Coordisanté » en vue d'engager des discussions.

Le Pr Joseph Acka affirme qu'il a lui-même a rencontré, en moins de deux mois (il a pris fonction le 18 septembre), à trente-deux reprises, ces syndicalistes. Dans la foulée, un séminaire a été organisé pour adresser tous les points de revendication et un comité de suivi a été mis en place.

Pour montrer sa bonne foi, le ministre Aka Aouélé a réglé, selon son directeur de cabinet, « toutes les questions techniques de son ressort ». Il est revenu, par exemple, sur les affectations opérées par son prédécesseur dans des villes et que des syndicalistes considèrent comme étant des sanctions.

Le ministre leur a même demandé de choisir les lieux de leurs nouvelles affectations. Cependant, pour les revendications d'ordre pécuniaire, notamment la revalorisation indiciaire et de primes, il a souhaité qu'elles fassent l'objet d'un plaidoyer qui sera adressé aux ministères techniques que sont celui de l'Economie et des Finance et celui du Budget.

Le Pr Joseph Acka estime, dès lors, que la grève qui est actuellement observée par les agents de santé est non seulement illégitime, au regard des textes régissant la Fonction publique, mais elle prend à contre-pied la bonne foi du ministre Aka Aouélé.

Il pense même que cette manifestation de mécontentement ne rend pas justice à l'effort du gouvernement en faveur des agents du secteur de la santé qui ont eu les revalorisations indiciaires les plus importantes.

Ceux-ci ont eu, à l'en croire, quatre cents, cent cinquante et cent points d'indice, selon leur catégorie. Il souhaite, en tout état de cause, que chacun sache raison garder parce qu'aucune discussion ne peut se faire « avec un couteau à la gorge ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.