7 Novembre 2018

Congo-Brazzaville: Patrimoine - Présentation des résultats de la formation sur la préparation des propositions d'inscription des éléments

L'activité a eu lieu le 7 novembre, dans la salle de conférences du ministère de la Culture et des arts, sous les auspices du directeur de cabinet du ministre de tutelle, Emmanuel Douma.

Après plusieurs missions d'inventaires réalisées en 2012 et 2017, dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention de 2003 portant sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de la République du Congo, cette année le ministère de la Culture et des arts, a organisé, avec l'appui de l'Unesco, l'atelier de présentation des résultats de la formation sur la préparation des propositions d'inscription des éléments sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité et l'élaboration d'un texte juridique portant sauvegarde des éléments inventoriés. Cet atelier mis en œuvre en trois phases permet d'assurer le renforcement des capacités de quinze gestionnaires et agents de la direction générale du Patrimoine et des archives sur la préparation des propositions d'inscription des éléments sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

À l'issue de la formation, une équipe technique sera mise en place afin d'élaborer un texte juridique portant sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Cela permettra de relever, entre autres défis, celui de la renaissance culturelle africaine par la sauvegarde de ses valeurs ancestrales, creuset de son identité culturelle.

Les éléments inventoriés ont été les suivants : la rumba et la sape à Brazzaville ; le kiebe-kiebe dans les départements des Plateaux, de la Cuvette et de la Cuvette ouest ; la récolte du tcham et la forgerie dans la Cuvette ; le béka dans la Sangha ; la technique de tissage du raphia dans les Plateaux ; la fabrication du pont en liane dans la Lékoumou ; le mbouata et le mbouanda dans le Niari ; la vannerie, le ntoba mbori, le manioc, le mbongui dans le Pool.

Trois dossiers proposés pour une inscription

Après un examen minutieux des fiches d'inventaire de chaque élément, trois dossiers ont été proposés pour une inscription éventuelle sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, à savoir la rumba, la sape et le kiebe-kiebe. Au terme de la mise en place d'un groupe de travail, la deuxième phase de ce projet a été consacrée à la rédaction d'un projet d'arrêté portant classement des éléments inventoriés en 2012 et 2017.

Prenant la parole pour son allocution de circonstance, la directrice des musées, monuments et sites historiques, Nicole Mantsanga Bambi, a indiqué que sauvegarder le patrimoine, c'est transférer des connaissances, des savoir-faire et du sens. Autrement dit, la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel met l'accent sur les processus en jeu dans la transmission ou la communication de génération en génération, plutôt que sur la production de ses manifestations concrètes, telles qu'un spectacle de danse, un chant, un instrument de musique ou une œuvre d'artisanat.

Sauvegarder le patrimoine culturel immatériel, a-t-elle poursuivi, c'est s'assurer qu'il joue toujours un rôle actif dans la vie des générations actuelles et qu'il est transmis aux générations futures. Les mesures de sauvegarde visent de ce fait à assurer sa viabilité, sa recréation permanente et sa transmission. Parmi les initiatives possibles de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, il y a l'identification, l'inventaire, la formation et la mise en place d'un cadre juridique, constituant l'ossature du présent atelier.

« Aujourd'hui, nous exécutons la dernière phase du projet, notamment la séance de présentation des résultats. Au cours de cette séance, nous présenterons trois résultats. Le résultat numéro 1 sera consacré à la lecture du rapport de l'atelier de formation des gestionnaires sur la préparation des propositions d'inscription des éléments sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Le deuxième résultat sera fondé sur la proposition des dossiers d'inscriptions cités supra. Enfin, le dernier résultat sera celui de la présentation du projet d'arrêté », a précisé Nicole Mantsanga Bambi.

Les résultats présentés sont le fruit d'un processus de classement du patrimoine sur la liste nationale et éventuellement sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

Clôturant l'atelier, le directeur de cabinet du ministre de la Culture et des arts, a indiqué que si, dans le cadre de la mise en œuvre de la convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le Congo se réjouit des éléments déjà inventoriés lors des bienniums précédents, il va sans dire que ces quelques éléments inventoriés ne constituent de leur point de vue qu'une goutte d'eau dans l'immense océan du patrimoine culturel immatériel dont regorge le pays.

« Nous pensons, par exemple, au nzango, au rite d'intronisation d'un roi Loango, etc. À charge pour vous donc, nantis des instruments performants dont vient de vous doter cet atelier, de mener les investigations nécessaires et suffisantes, aux fins d'élargir l'éventail des éléments à inscrire sur la liste nationale du patrimoine culturel immatériel», a-t-il souhaité.

Congo-Brazzaville

Malgré les progrès réalisés, toujours pas d'aide du FMI

Une délégation du Fonds monétaire international est repartie de Brazzaville sans annoncer d'accord… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.